Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > ENGAZONNEMENT > Engazonnement

Gazon - Pelouse - engazonnement - semis
Mis à jour le 03/01/2013

Engazonnement

La place du gazon dans le jardin est essentielle :
• Le gazon permet d’augmenter les dimensions du jardin en apportant de la profondeur à la perspective.
• Il met en valeur les massifs ou le végétal remarquable placé en isolé.
• Il détermine les axes d’intérêt, il invite à parcourir le jardin en découvrant les vues intéressantes, les plantes et les aménagements.
• Il accueille aussi les jeux des enfants ou les aires de repos.

L’usager du jardin ou du parc attend d’un gazon qu’il soit :
• Esthétique en été comme en hiver, avec un aspect régulier, composé de feuilles fines, d’un beau vert intense.
• Pratique dans son utilisation et donc résistant au piétinement mais aussi pratique dans son entretien avec des graminées à pousse lente qui limitent le nombre de tonte.
• Écologique en évitant les traitements phytosanitaires, les apports en fertilisation et en économisant l’eau,
• Économique, il doit être adapté à son environnement naturel pour s’installer rapidement et avec un minimum d’intrant. A pousse lente ; il limite les interventions de tontes. Résistant à la sécheresse ; il économise l’eau.

Le choix judicieux des variétés en fonction de son utilisation et de son exposition permet de pérenniser la durée du gazon.

puceTitre.pngL’étude du sol

puceStitre.pngDans tout les cas, identifiez le type de terrain sur lequel vous travaillez ; sol lourd ou léger, riche ou pauvre, humide ou drainant, à pH acide, neutre ou alcalin. Prenez aussi en compte l’exposition géographique du terrain (nord, sud) et ses contraintes (ombre, pente…)

puceStitre.pngObservez la végétation spontanée indicatrice des qualités, défauts et carences du sol. Vous en déduirez les amendements nécessaires ou la nécessité de procéder ou non à l’apport de terre arable.

puceStitre.pngPour les chantiers importants, il est indispensable de réaliser une analyse de sol par secteur afin de maîtriser les fertilisations, amendements et apports de terre arable.

puceStitre.pngSi le chantier implique un apport de terre arable, prenez soin de préserver le sol en place en limitant le compactage par les engins et préférez pour vos gazons une texture de sol de type « sable grossier, limoneux ». Dans l’impossibilité de remplacer la terre en place, un apport de terreau légèrement incorporé sur 2 à 3 cm permet d’améliorer la levée des graines et le développement du jeune gazon avec un budget raisonnable.

La qualité du gazon dépendra avant tout de la qualité du sol, de sa préparation et de la façon culturale mise en place. Puis vient le choix de la semence, de la fertilisation et des premiers soins apportés. La « culture » du gazon doit être aussi soigneuse qu’une culture agricole, il faut respecter la saison et le taux d’humidité maximal car un sol déstructuré ne donnera jamais un beau gazon.

puceTitre.pngLes besoins biologiques du gazon

puceStitre.pngLe sol

RECHERCHEREVITER
Une bonne texture :
• 60 à 70 % de sable grossier
• 15 à 20 % d’argile

Une bonne structure :
• Grumeleuse, aérée, drainante

Une composition chimique et organique équilibrée :
• Un PH neutre ou légèrement basique
• 10 à 15 % d’humus
• Une vie biologique active
• Une profondeur minimale de 0,20 m
Les sols imperméables et asphyxiants, pauvre en humus.
• Les pentes importantes supérieures à 30 %
• Les sols pollués suite aux chantiers de construction : béton, plâtre, peinture, diluant,
• Les sols compactés par les engins,
• Les sols provenant de décapage de terres agricoles ayant subi des traitements herbicides.

puceStitre.pngL’exposition

RECHERCHEREVITER
Ensoleillée, apportant lumière et chaleur L’excès d’ombre

puceStitre.pngLes dates de semis

RECHERCHEREVITER
Semis de printemps :
de mars à juin selon la région.
A privilégier dans les sols lourds et dans les régions froides en hiver mais aussi dans les sous- bois avant la pousse des feuilles.
Semis d’automne : de septembre au 15 novembre.
La meilleure saison dans les sols drainants car le gazon sera plus résistant à la sécheresse de l’été suivant.
- Le manque d’eau en été sur un jeune gazon trop fragile.
- La levée des adventices en février qui risquent d’envahir le jeune gazon.

puceStitre.pngLa fertilisation

RECHERCHEREVITER
Dès que les dimensions du chantier le permettent, réalisez une analyse du sol qui determinera avec précision les besoins du sol en éléments minéraux (N,P,K) • La carence d’un élément qui bloquera l’assimilation des autres éléments et nuira à l’épanouissement du gazon.
• Les excès de fertilisation qui l’intoxiquent, qui polluent les sols et qui génèrent des dépenses inutiles.

puceTitre.pngChoix de la semence de gazon

Il est essentiel de bien choisir les variétés de semence selon le sol en place, les conditions climatiques et l’usage auquel la surface de pelouse est destinée.
Le choix de la semence ne doit pas seulement prendre en compte son coût d’achat mais aussi les répercutions qu’auront les qualités du gazon sur le coût de l’entretien : Une semence « tout-venant » à fort développement risque ainsi d’engendrer un nombre important de tonte avec des conséquences économiques et environnementales négatives.
Pour vérifier le niveau de qualité des mélanges proposés par votre fournisseur consultez le tableau « valeur d’utilisation » édité par la SFG (Société Française des Gazons)

puceTitre.pngTravaux préliminaires de préparation

puceStitre.pngLe désherbage :

Si nécessaire effectuez un désherbage chimique permettant de détruire les plantes vivaces indésirables.

puceStitre.pngLe décompactage du sol :

Faites suivre d’un décompactage profond à l’aide d’un tracteur équipé d’un chisel ou d’une rota-bêche (sur 20 à 30 cm de profondeur) Pour les petites surfaces (de 0 à 100 m²), la bêche reste l’outil le mieux adapté. Pour le décompactage, bannissez le rotovator et la motobineuse qui doivent être utilisés uniquement pour la reprise du sol. Éliminez des souches et les plus grosses pierres.

puceStitre.pngLe nivellement :

Procédez au nivellement « grosso-modo » de la surface du sol pour lui donner les volumes attendus et la planéité souhaité. Les gros travaux se font au tracteur équipé d’un chargeur mais dans ce cas attention au tassement excessif du sol suite aux passages de l’engin. Il est aussi possible d’utiliser la lame niveleuse montée sur une herse vibrante attelée au tracteur.
Le nivellement de finition s’exécute à l’aide d’une pelle ronde et d’une brouette. Dans les sols motteux, il est possible d’effectuer un premier roulage afin d’assurer le tassement régulier du fond de labour. cette opération permettra de conserver un sol plan après le premier hiver.

puceStitre.pngLa fertilisation :

Faites un apport d’engrais minéraux enrobés à libération lente qui permettra de mettre à disposition du gazon les éléments minéraux dont il a besoin au fur et à mesure de son développement. Prévoir 200 à 350 kg/ha soit 20 à 25 gr par m². Pour des clients souhaitant limiter l’impact de la fertilisation sur l’environnement il est possible d’opter pour des engrais organiques.

puceTitre.pngLe semis

puceStitre.pngReprise du sol et lit de semence :

L’objectif et de désagréger les mottes et d’affiner la surface du sol afin de créer un lit de semence. Celui-ci favorisera la germination par un contact intime entre la graine et l’humidité de la terre.
Les grandes surfaces sont travaillées au tracteur équipé d’un rotovator ou mieux d’une herse vibrante qui évite la formation d’une "semelle de labour" (lissage du fond de la partie du sol travaillée par les lames du rotovator)
La motobineuse permet de réaliser les finitions sur les petites parcelles.
Le sol est ensuite griffer et ratisser finement afin de retirer les cailloux supérieurs à 3 cm, les racines et pour lui donner un aspect niveler.
Ces travaux sont réalisés à la main, à l’aide d’une griffe à quatre dents, d’un râteau en métal ou d’un grand râteau à faner en PVC. Les déchets sont chargés à l’aide d’une fourche à pierres.

puceStitre.pngTracez avec une serfouette ou le bout du manche d’un râteau les filets :

Ces petits sillons délimitent les contours des massifs, le tour des arbres et le bord des allées afin de marquer distinctement les limites du gazon dès la levée des graines.
Les filets sont tracés à l’œil pour les courbes et à l’aide d’un cordeau pour les grands cercles ou les lignes droites.
Semez les graines de gazon dans les filets de manière dense et en ligne.

puceStitre.pngLe contre- filet :

Semez le long du filet à plus forte densité sur 40 cm de large afin d’éviter les oublis lors de l’opération de semis du gazon et de renforcer l’effet visuel.

puceStitre.pngLe semis du gazon se fait à la volée à une densité de 30 à 40 gr / m² (à vérifier selon le type de semence).

Le semis manuel requiert la maîtrise du geste du semeur !
Il peut aussi être réalisé à l’aide d’un semoir portatif ce qui facilite le travail et le rend plus rapide.

puceStitre.pngL’enfouissement des graines se fait par un coup de griffe superficiel, d’un geste rapide avec des va et vient sans chercher à ratisser.

L’enfouissement permet de mélanger les graines à la terre ainsi que de les protéger des oiseaux et du dessèchement.

puceStitre.pngLe roulage ou le plombage :

Cette opération consiste à passer le rouleau sur la surface du terrain.
C’est une opération délicate qui nécessite de ne pas marquer trop profondément le sol. Les zones en pentes peuvent nécessiter d’encorder le rouleau et de se positionner au sommet du talus pour le laisser glisser jusqu’au bas de la pente puis de le hisser à la force des bras.

puceStitre.pngL’engazonnement clôture souvent les travaux d’aménagement paysagers.

Il est important de prévoir un nettoyage méticuleux du chantier consistant au ramassage de tous les déchets, au balayage des bordures et des allées, au nettoyage des murs souillés par les projections de terre…

Les travaux de semis, enfouissement et roulage peuvent être réalisés en un seul passage par du matériel spécifique :
- Engazonneuse automotrice de 70 cm de largeur de travail pour les surfaces moyenne.
- Engazonneuse d’une largeur de 1 m à plus de 3,50 m. Elle est portée et entraînée par un tracteur.

puceTitre.pngLes travaux d’entretien du jeune gazon

La première année, les travaux de parachèvement consistent en :

puceSStitre.pngLes trois premières semaines :

Des arrosages légers et fréquents permettant de conserver une humidité constante au niveau du lit de semence et permettant de favoriser la germination rapide des graines.
Les mois suivants, il faut prévoir des arrosages abondants mais moins fréquents afin de maintenir une humidité en profondeur et de stimuler le gazon à produire des racines profondes pour atteindre cette source d’eau.
Les quantités et les fréquences de l’arrosage doivent être pondérées en fonction de la pluviométrie naturelle et de la température.

Les talus à fortes pentes étant sensibles au ravinement il est prudent de les arroser avec modération.
Pour une qualité optimale de l’arrosage et une bonne gestion des ressources en eau il est conseillé d’installer un arrosage intégré et automatisé.

puceSStitre.pngFertilisation d’entretien avec deux passages par an ;
puceSStitre.pngUne fois que les graminées ont dépassé le stade de trois feuilles, il est possible de procéder, si nécessaire, au désherbage à l’aide d’un sélectif jeune gazon.

De nombreuses adventices ne résistent pas aux premières tontes ni à la concurrence du gazon. Pour limiter l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, il est souhaitable de patienter et d’observer l’évolution de la situation.

puceSStitre.pngLa première tonte doit être effectuée lorsque les brins les plus hauts atteignent 8 à 10 cm. Pour préserver la bonne santé du gazon, la tonte doit diminuer sa hauteur de 1/3 au maximum. Une tonte plus courte risque de créer une forte dépression dans le carter de coupe de la tondeuse et de décoller du sol les jeunes racines des graminées.

Il est donc aussi conseillé de faire suivre la première tonte par un roulage. Les tontes suivantes doivent être faites dans un délai de 3 à 5 jours en prenant soin de diminuer la hauteur de coupe pour arriver à 4 à 5 cm de haut pour un gazon d’ornement.
Lors des premières tontes, il est utile de réaliser une découpe au dresse bordure le long des filets pour plus de netteté des contours et afin d’éliminer les graines échappées dans les massifs.
Dans tous les cas le travail doit être fait sur un sol sec et la lame de la tondeuse doit être parfaitement affûtée pour limiter l’arrachement des brins de gazon.

puceSStitre.pngEn automne, sous les arbres, prévoyez un ramassage des feuilles systématique car un jeune gazon ne supportera pas d’être sous une couche de feuilles.

Gare à l’étiolement et à l’apparition des maladies cryptogamiques.

puceTitre.pngSources et liens

Règles professionnelles - Travaux de mise en oeuvre du gazon- UNEP

Société Française des Gazons

Groupe d’Etude et de contrôle des Variétés Et des Semences : GEVES