Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > MAÇONNERIES PAYSAGERES > Escaliers et Gradines

muret - Contremarche - Escalier - Gradines - Giron - Emmarchement - Nez de marche - Maçonnerie
Mis à jour le 02/03/2013

Escaliers et Gradines

L’escalier de jardin permet de franchir un talus, une déclivité du terrain, de relier l’allée à la terrasse. Il doit s’intégrer dans l’harmonie du jardin et préserver le rythme de marche du promeneur.
Pour plus d’harmonie, les matériaux utilisés doivent être identiques à ceux des allées ou en rappeler le style. Si l’escalier est situé dans le cœur du jardin, les matériaux pourront être différents : plus naturels et plus rustiques. Ce peut être parfois de simples pierres plates disposées en escalier naturel au milieu d’une rocaille.

puceTitre.png Terminologie

puceSStitre.pngEmmarchement : Largeur de l’escalier.
puceSStitre.pngGiron : Profondeur de la marche.
puceSStitre.pngContremarche : Hauteur de la marche, face verticale.
puceSStitre.pngRive : Arête formée par le giron et la contremarche.
puceSStitre.pngNez de marche : Partie du giron recouvrant et dépassant sur la contremarche. Il accroche la lumière et imprime un trait d’ombre qui rend l’escalier maçonné moins austère.
puceSStitre.pngLimon : Muret bordant l’escalier et permettant d’encastrer l’escalier dans le sol sans que la terre ne glisse sur les marches.
puceSStitre.pngPalier : C’est la plate forme qui permet de prendre un peu de repos afin de gravir un escalier de grande hauteur.
puceSStitre.pngVolée de marches : Une volée de marches est la partie de l’escalier comprise entre deux paliers.

 [1]


puceTitre.png Les bases

Pour être agréable à utiliser, un escalier doit répondre au profil moyen de ses utilisateurs : enfants, adultes, personnes à mobilité réduite. Pour cela, ses dimensions doivent être comprises dans un barème :

puceStitre.pngLa contremarche est comprise entre 12 cm (si l’escalier comprend beaucoup de marches) et 15 cm (pour quelques marches)

puceStitre.pngL’emmarchement peut être de 0,90 m à 1,20 m pour un escalier classique et peut atteindre 1,50 m à 2 m pour les grandes réalisations.

puceStitre.pngLes dimensions sont précisément calculées par un rapport proportionnel entre la contremarche (H) et le giron (G) :

(2 x H) + G = Enjambée moyenne (64 à 67 cm soit 65 cm en moyenne)

En simplifiant, l’escalier de base peut donc être représenté par des marches aux dimensions suivantes : Contremarche de 0,12 et giron de 0,40 m.
Cette généralité ne peut s’adapter à toute les configurations, il est donc parfois utile de procéder à un calcul d’implantation plus précis.

puceSStitre.pngLe nombre de marches par volée doit être de 3 au minimum et de 13 au maximum,
puceSStitre.pngAu-delà, il est préférable de prévoir un palier toutes les 11 marches.

Ce nombre de marches impairs permet de changer de pied à chaque début de volée et limite ainsi la fatigue de l’utilisateur.

puceSStitre.pngLa longueur du palier est composée d’un giron auquel on ajoute une enjambée moyenne. Il est ainsi possible de commencer une nouvelle volée de marches en ayant changé de pied :

Longueur du palier = G + 0,65m

puceTitre.png Implantation sur le terrain

Il est impératif de prendre en compte le modelé du terrain (dénivelée, pente, longueur disponible) pour que le volume de l’escalier épouse au plus prés celui du sol.

  1. Mesurer la dénivelée du terrain, (D)
  2. Choisir une hauteur de contremarche selon les critères vus plus haut, (H)
  3. Définir le nombre de contremarches (N), N = D/H
  4. Définir la longueur du giron (G) en appliquant la formule : (2 x H) + G = 0,65 m
  5. Calculer la longueur totale de l’escalier (L) afin de vérifier ci celui-ci s’intègre bien dans le profil du terrain : L = (N-1) x G

Exemple :

puceSStitre.pngMesurer la dénivelée du terrain

D = 1,45 m

puceSStitre.pngChoisir une hauteur de contremarche selon les critères vus plus haut

H = 0,13 m

puceSStitre.pngDéfinir le nombre de contremarches (N)

N = 1,45 / 0,13 = 11,15 arrondi à 11 contremarches

puceSStitre.pngDéfinir la longueur du giron (G) en appliquant la formule :

(2 x H) + G = 0,65 m
soit G = 0,65 - (2 x 0,13) = 0,39 m

puceSStitre.pngCalculer la longueur totale de l’escalier (L) afin de vérifier si celui-ci s’intègre bien dans le profil du terrain :

L = (N-1) x G
soit L = (11-1) x 0,39 = 3,90 m

puceStitre.pngIl est important de tenir compte de la pente donnée au giron qui en fonction du matériau utilisé variera de 1 à 2 %.

Pour notre exemple : 39 cm x 2% = 0,8 cm / giron.

Cette donnée représente pour l’ensemble de l’escalier un écart de 0,8 x 10 girons soit 8 cm.
Il est possible de compenser cet écart soit en modifiant le niveau du sol en haut ou en bas de l’escalier soit en diminuant la contremarche de la hauteur de pente de chaque giron soit 13 – 0,8 = 12,2 arrondi à 12 cm.

puceStitre.pngSi l’escalier est en courbe, les arêtes représentent les rayons du cercle composant la courbe et les girons présentent ainsi une partie intérieure étroite et une partie extérieure large. Dans ce cas, les mesures du giron qui permettront les calculs seront prises au milieu de l’emmarchement.

puceTitre.pngLes différents types d’escaliers

puceStitre.pngSur dalle béton

Pour les ouvrages lourds, en pierres naturelles, dalles préfabriquées, béton décoratif, briques…, pour un passage fréquent avec une mise en œuvre assurant la sécurité des utilisateurs et la solidité de l’ouvrage.

Mise en oeuvre :

puceSStitre.pngRéalisez le tracé et le terrassement selon les cotes prévues. Si nécessaire, prévoir le passage d’un réseau d’éclairage qui permettra de sécuriser l’escalier la nuit,
puceSStitre.pngLa dalle béton doit avoir une épaisseur de 0,12 m, elle sera ancrée au sol par une longrine au point bas de l’ouvrage et une en son point haut,
puceSStitre.pngMettez en place un coffrage périphérique et disposez un treillis soudé 1,1 kg/m²,
puceSStitre.pngMise en œuvre du béton dosé à 250 kg/m3 sur 0,12 m d’épaisseur, le béton coulé sur place est régalé, vibré et tiré à la règle. Pour une meilleure accroche du mortier de scellement des matériaux de finition il doit être scarifié au râteau.
puceSStitre.pngLa construction de l’escalier se fait à partir du point bas. 
puceSStitre.pngLa contremarche est bâtie en prenant en compte dans sa hauteur l’épaisseur de la dalle qui viendra en recouvrement pour créer le nez de marche. Elle est calée pour compenser la poussée du mortier.

 [2]

puceSStitre.pngLe mortier est placé en bourrage derrière la contremarche et sert de support à la pose des dalles du giron et en respectant une pente de 1 à 2%
puceSStitre.pngSi nécessaire, un limon peut être bâti afin d’habiller les bords de l’escalier et de maintenir la terre qui pourrait glisser sur les marches.

puceStitre.pngSur forme compactée

pour des escaliers intégrés dans le jardin avec des matériaux naturels : bois, roches.
A réserver à des utilisations occasionnelles et pour des talus stabilisés.

Mise en oeuvre :

puceSStitre.pngRéalisez le tracé et le terrassement selon les cotes prévues. Si nécessaire, prévoir le passage d’un réseau d’éclairage qui permettra de sécuriser l’escalier la nuit,
puceSStitre.pngUne forme en concassé de type 0/40 et nivelée sur 0,10 m d’épaisseur puis compactée.
puceSStitre.pngLa construction de l’escalier se fait à partir du point bas.

 [3]

puceSStitre.pngMettez en place la première poutre ou rondin qui formera la contremarche. Le bois pourra être percé sur sa face inférieure afin d’y enfoncé des fers tors de 0,3 m de long et 12 mm de diamètre qui serviront d’ancrage dans le sol.
puceSStitre.pngLe giron peut être constitué de matériaux souple (sable argileux compacté) ou de pierres plates avec des joints large en gazon ou vivaces de rocailles.
puceSStitre.pngL’escalier peut encore être réalisé en roches posées sur un lit de sable, s’appuyant les unes sur les autres et dont les faces supérieures, plates, forment le giron. Ce style naturel lui permet de s’intégrer au mieux dans une rocaille.

puceTitre.pngLes gradines

Les gradines sont utilisées pour gravir des pentes douces à partir de 5 % et jusqu’à la limite de la nécessité de l’escalier.
Elles ont la particularité d’avoir une contremarche réduite de 10 à 12 cm et un giron suffisamment long pour permettre de faire deux pas avant la marche suivante.
Il est en effet indispensable de changer de pied à chaque nouvelle marche, c’est là la clé de réussite d’une gradine confortable.
Le calcul de la gradine est identique à celui de l’escalier, il suffit d’ajouter deux pas moyens soit 1,30m à la longueur du giron :
(2 x H) + G = 1,30 m

La gradine sera réalisée sur le même principe que l’escalier.

puceTitre.pngSources et liens

- L’Entreprise de jardins et espaces verts Tome 2. Edition JB Baillière
- Art et technique des jardins Tome 1. Edition JB Bailliere
- Jardins, Création-Entretien JC Pamelard