Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > MAÇONNERIES PAYSAGERES > Les allées piétonnes

Maçonnerie - Dallage - Allée piétonne - Pas japonnais
Mis à jour le 07/04/2013

Les allées piétonnes

Les allées s’intègrent dans le jardin en respectant le style et l’harmonie de la composition. L’ouvrage peut être discret et savoir se faire oublier au profit du paysage ou au contraire s’imposer comme l’élément principal qui structure le parc ou le jardin.
Le tracé d’une allée piétonne doit être judicieux, fonctionnel et le plus direct possible.
Si les courbes apportent un aspect esthétique indéniable, elles doivent toujours être justifiées par un obstacle à éviter (massif d’arbustes, volume du sol). La pente d’une allée piétonne ne doit pas dépasser 10%. Au-dessus, il est nécessaire de prévoir une gradine ou un escalier.

puceTitre.pngLes largeurs des allées

La largeur de l’allée doit être étudiée lors de la conception du projet en fonction de la proportion du jardin, de la fréquentation du lieu et de l’utilité de l’allée.

puceSStitre.png0,70 m, c’est la largeur minimum permettant le passage d’une personne. C’est une allée fonctionnelle dans un petit jardin.
puceSStitre.png1,20 m, cette largeur permet à deux personnes de se croiser ou de marcher de front. C’est l’allée d’accès à la porte d’entrée d’une résidence privée.
puceSStitre.png2,50 m et plus, ce sont les allées piétonnes que l’on trouve dans un lieu public ou dans un grand jardin. A partir de cette largeur, il est utile de prévoir une signalisation et des obstacles afin d’empêcher aux véhicules d’utiliser l’allée.
puceSStitre.png3,50 m, c’est le minimum pour une contre allée plantée d’arbres d’alignement.
puceSStitre.pngLes allées primaires de parcs urbains peuvent atteindre 10 m de large pour faciliter la circulation en toute sécurité des piétons, des poussettes, des enfants, des joggers et des cyclistes. Cette allée peut être aussi utilisée pour la circulation des petits véhicules de maintenance.
puceSStitre.pngMoins sollicitées, les allées secondaires se contentent de 5 m de large.

Remarque : les allées permettant le passage de véhicules lourds occasionnels sont traitées dans la mémofiche : Les voies de circulation.

puceTitre.pngAccessibilité

Les allées piétonnes parcourant les espaces publics doivent répondre aux exigences suivantes : (recommandation selon l’arrêté du 01/08/2006 et celui du 15/01/2007)

- La pente doit être inférieure à 5 % avec des aménagements (paliers de repos, garde corps...) qui suivent les prescriptions de l’arrêté du 15/01/2007
- La largeur minimale est de 1,20 m sans obstacle de part et d’autre de l’allée et 1,40 m en cas d’obstacle le long du cheminement (mur, mobilier..)
- Les traversées de voiries sont aménagées avec des abaissées de trottoir sans obstacle de plus de 2 cm de hauteur. Une bande d’éveil de vigilance conforme aux normes est implantées pour avertir les personnes mal voyantes.
- Les éléments bas ; bornes, poteaux et mobiliers doivent être facilement repérables par l’utilisation de bandes contrastées sur le pourtour de l’obstacle (recommandation selon l’arrêté du 15/01/2007)
- Un espace libre de 2,20 m est conservé au dessus du sol. En cas d’impossibilité, la zone dangereuse doit être balisée par un aménagement (jardinières au sol) sous les éléments suspendus.
- Les trous ou fentes (défauts de sol, grilles, avaloirs) devront être d’un diamètre ou d’une largeur inférieure à 2 cm.
- Les chicanes interdisant l’accès aux véhicules doivent laisser un passage pour les fauteuils roulants de 0,80 m de large par 1,30 m de long.
- La surface de l’allée doit être en matériaux non glissants et résistants permettant la circulation des fauteuils roulants. Il faut proscrire les matériaux de type gravier.
- Le tracé de l’allée doit être facilement identifiable. Un guide canne le long de l’allée peut être matérialisé par la saillie de la bordure. Celle-ci doit être continue tout au long de l’allée.

Ces quelques recommandations ne représentent que des exemples, en cas de réalisation d’une allée dans le cadre d’un espace public ou aux abords d’Etablissement Recevant du Public (ERP) il est nécessaire de suivre précisément les recommandations des arrêtés.

puceTitre.pngLes différents types d’allées piétonnes

puceStitre.pngLes allées en matériaux souples (sablé, gravillons...)

Si ce sont techniquement les plus simples à réaliser, ces allées sont aussi les plus sensibles à l’érosion. Elles sont donc à réserver aux endroits comportant de faibles pentes. Ce type d’allée s’intègre bien dans les zones naturelles.
Les allées en matériaux souples nécessiteront un entretien régulier de désherbage mais aussi de rechargement en matériaux.
Dans les secteurs le permettant et dans un objectif de diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires, il est possible de les engazonner et de ne conserver en allée que le passage régulièrement piétiné. La surface totale de l’allée est donc simplement tondue alors que la zone de passage reste naturellemnt propre.

puceSStitre.pngMise en oeuvre de l’allée en matériaux souples :
  1. Pour le tracé de l’allée, prévoir le niveau fini de l’allée à 0,03 m en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0.20 m de profondeur, évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, mise en place d’un drainage du fond de forme permettant d’assainir rapidement l’allée après les pluies. Il est aussi utile de prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Pose des bordures en béton. En cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées par la suite sur le fond de forme.
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  6. Fond de forme en tout venant sur 0,12 m, régalage et compactage.
  7. Couche de finition en matériaux souples sur 0,05 m : gravillons lavés, sablé coloré, etc..., régalage et compactage.
    Dans le cadre d’un chantier de création il est préférable d’attendre la fin du chantier pour réaliser cette ultime opération afin de ne pas souiller l’allée au cours des autres travaux.

puceStitre.pngLes allées en béton coulé sur place (désactivé, balayé, imprimé...)

Répondant à un usage intensif du public mais aussi à des aspects fonctionnels et décoratifs, les allées en béton offrent une multitude de possibilité avec des mises en œuvre des plus simples aux plus complexes.
Coulé sur place, le béton offre une grande liberté d’utilisation en permettant des courbes, des pentes, des contours répondant aux attentes du concepteur.
Résistant au gel, antidérapant, facile à entretenir, il répond aussi aux attentes des utilisateurs.
Sur un plan esthétique les types de finitions sont multiples ; colorées, désactivées, imprimées...et en choisissant la présentation la plus pertinente, le béton peut s’adapter à tous les styles de jardin.

puceSStitre.pngLe béton désactivé

Un béton pouvant être d’une teinte naturelle ou colorée et à forte teneur en gravillons est mis en œuvre. Le choix des gravillons est vaste, ils peuvent se présenter sous forme roulée ou concassée. Ce dernier cas permet d’obtenir une surface antidérapante. Un produit retardateur de prise (ou désactivant) est pulvérisé à la surface du béton frais. il bloque la prise superficielle du mortier. Après un nettoyage au laveur haute pression, les granulats apparaissent à la surface du béton en lui donnant tout son aspect esthétique.
Il existe des désactivants biodégradables qui respectent l’environnement.

puceSStitre.pngLe béton balayé

Avant le durcissement complet, la surface du béton est balayée avec une brosse dont le poil est plus ou moins dur suivant l’effet recherché.

puceSStitre.pngLe béton imprimé par pochoirs

Après la mise en œuvre du béton et un talochage fin, des pochoirs en rouleau sont disposés sur la surface du béton frais. Un couche de colorant est saupoudrée puis incorporée par un nouveau lissage.
Les pochoirs sont enlevés en cours de durcissement.
Une fois le béton durci, une résine de protection est appliquée. Elle améliorera l’imperméabilité du support et facilitera l’entretien.

puceSStitre.pngLe béton imprimé par matrice

De la même manière que la technique du pochoir, le béton est mis en œuvre puis taloché. Le colorant est incorporé par talochage puis la surface est lissée.
Un produit de décoffrage est appliqué et les matrices sont posées pour réaliser le relief. Il suffit de marcher dessus pour réaliser une forte pression puis de les déplacer par bonds successifs.
Là aussi une résine protectrice est appliquée.

puceSStitre.pngLe béton hydro-gommé ou hydro-sablé

La surface est décapée avec un jet d’eau haute pression mélangée à du sable. Ce traitement est réalisé 24 à 48 heures après le durcissement du béton. Pour des textures différentes, il faut varier la force de projection, l’éloignement de la buse par rapport à la surface à traiter et la nature du sable.

puceSStitre.pngMise en oeuvre de l’allée en béton
  1. Pour le tracé de l’allée, prévoir le niveau fini de l’allée à 0,02 m en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0.20 m de profondeur, évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Si besoin, pose des bordures béton ; En cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées par la suite sur le fond de forme.
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  6. Fond de forme en tout venant sur 0,10 m, régalage et compactage.
  7. Mise en place de joints de dilatation.
  8. Pose d’un treillis soudé 1,1 kg/m².
  9. Mise en œuvre du béton dosé à 250 kg/ m3 sur 0,08 m d’épaisseur. Le béton coulé sur place est régalé, vibré et tiré à la règle. Il est possible de prévoir un béton fibré (Comportant des fibres diverses et permettant une meilleure résistance de la fissuration et une plus grande solidité). Les fibres ne remplacent pas le treillis soudé.
  10. Travaux de surfaçage du béton selon le résultat attendu.

puceStitre.pngLes allées en pavés

Les pavés peuvent être constitués de pierres naturelles ou de béton. Le choix se portera sur l’un ou l’autre selon le budget disponible et l’effet attendu.
Les pavés de pierres, plus coûteux, s’intègrent dans des réalisations prestigieuses. Les pavés en béton sont d’une grande variété en coloris, formes, style, du plus moderne au plus rustique.
D’une pose relativement aisée et de dimension réduite, les pavés permettent de réaliser des changements de pentes plus facilement que les dalles.
Les pavés doivent répondre aux exigences de la norme NF EN 1338 : pavés en béton

puceSStitre.pngMise en oeuvre de l’allée en pavés (selon la norme NF P 98 335 mise en œuvre des produits modulaires pour revêtements de voirie et espaces publics)
  1. Tracé de l’allée, prévoir le niveau fini de l’allée à 0,02 m en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0.20 m de profondeur (pour des pavés de 0,05 m d’épaisseur), évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Si besoin, pose des bordures en béton, en cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées par la suite sur le fond de forme.
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant en assurant une répartition des charges.
  6. Fond de forme en tout venant sur 0,12 m, régalage et compactage.
  7. Lit de pose en sable 0/4 ou 0/6,3. Le sable est nivelé à la règle en suivant des rails de guidage sur une hauteur régulière de 3 cm. Un excès de sable entrainera des déformations du dallage du a un tassement différentiel. Les traces laissés par les rails de guidage seront comblés en sable au fur et à mesure de l’avancement et nivelées à l’aide d’une taloche.
  8. Les pavés seront posés en travaillant sur la surface déjà posés et en contrôlant régulièrement la perpendiculaire des rangs par rapport au sens d’avancement.lors de la pose, pour l’approvisionnement en pavés, il faut prendre soins d’utiliser plusieurs palettes en même temps afin d’atténuer le risque de variation de couleur due aux différents bains.
  9. Les coupes sont réalisées au coupe-pavés ou au disque diamant au fur et à mesure de l’avancement.
  10. Les joints sont comblés par un sable fin 0/2 ou 0/4 puis balayés.
  11. Selon la surface, une dame vibrante ou un rouleau vibrant sont utiliser afin de damer l’ensemble et de parfaire la planimétrie. Il est important de damer en commençant par le centre du pavage et en finissant le long des rives.
    Il faut aussi prendre soin de déborder sur le passage précédent de la dame afin d’obtenir une planimétrie parfaite.
  12. Une deuxième couche de sable fin est balayée sur la surface afin de terminer de combler les joints encore vides. Les joints peuvent être réalisés à l’aide d’un sable polymère qui se solidifiera permettant ainsi d’éviter la pousse des plantes sauvages, l’installation des insectes et le ravinement des joints.

puceStitre.pngLes allées en dalles de pierres naturelles ou de béton

Les pierres naturelles s’intègrent dans les jardins paysagers qui laissent une large place aux plantes et à la nature.
Les pierres peuvent être à faces sciées ou clivées (fendues dans le sens des couches naturelles de la pierre) et à rives cassées ou sciées.

Elles s’appareilleront selon des dispositions particulières

puceSStitre.pngOpus incertum

Les dalles sont de formes et de tailles différentes. Il est primordial de respecter certaines consignes essentielles :
- Largeur des joints toujours identiques,
- Pas de joints alignés sur plusieurs pierres formant un « coup de sabre »,
- Seuls trois joints se recoupent,
- Les dimensions des pierres sont harmonieusement réparties sur la surface du dallage.

puceSStitre.pngOpus quadratum (à l’anglaise)

Les dalles ont les rives sciées et sont de formes rectangulaires, mais de tailles différentes. Concernant les joints, les consignes restent les mêmes.

puceSStitre.pngOpus romain (à l’antique)


Les dalles ont les rives sciées et de formes rectangulaires, carrées ou trapézoïdales.

Les dalles en béton présentent une multitude de dimensions, de formes et de couleurs. Certaines peuvent imiter et remplacer les pierres naturelles d’autres se caractérisent par leur aspect résolument moderne.
Elles peuvent convenir et s’adapter à tous types de jardin.
Les dalles en béton doivent répondre aux spécifications de la norme NF EN 1339.

puceSStitre.pngMise en oeuvre de l’allée en dalles (selon la norme NF P 98 335)
  1. Pour le tracé de l’allée, les dalles régulières ne permettent pas des tracés trop sinueux. Pour ceux-ci préférez les pierres aux formes naturelles qui seront plus faciles à appareiller.
    Prévoir le niveau fini de l’allée en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir aussi une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0.20 m de profondeur (pour des dalles d’une épaisseur de 0,04 m), évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Si besoin, pose des bordures en béton, en cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées par la suite sur le fond de forme,
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  6. Régalage du fond de forme en tout venant sur 0,13 m, régalage et compactage.
  7. Lit de pose en sable 0/4 ou 0/6,3. Le sable est nivelé à la règle en suivant des rails de guidage sur une hauteur régulière de 3 cm.
    Un excès de sable entraînera des déformations du dallage du à un tassement différentiel.
    Une épaisseur trop faible de sable laissera apparaître les cailloux du fond de forme entraînant la rupture des dalles en porte à faux.
    Les traces laissées par les rails de guidage seront comblées en sable au fur et à mesure de l’avancement et nivelées à l’aide d’une taloche.
  8. Les dalles seront posées en travaillant sur la surface déjà posée et en contrôlant régulièrement la perpendiculaire des rangs par rapport au sens d’avancement.
    Les joints doivent avoir une largeur minimale de 5 mm.
    Il faut prendre soins d’utiliser plusieurs palettes en même temps afin d’atténuer le risque de variation de couleur due aux différents bains.
    Les dalles sont battues à l’aide d’une massette en caoutchouc au fur et à mesure de leur pose.
  9. Les coupes sont réalisées au disque diamant au fur et à mesure de l’avancement.
  10. Les joints sont comblés par un sable fin 0/2 ou 0/4 puis balayés.
    Les joints peuvent être réalisés à l’aide d’un sable polymère qui se solidifiera permettant ainsi d’éviter la pousse des plantes sauvages, l’installation des insectes et le ravinement des joints.
  11. Ne pas utiliser de dame vibrante qui éclaterait les dalles.

Les dalles peuvent être aussi posées sur une dalle béton avec un lit de mortier afin d’améliorer leur portance et leur stabilité.

Dans ce cas plusieurs consignes doivent être respectées :

- La mise en œuvre doit être effectuée à des températures comprises entre + 5° et + 30°,
- Le béton d’assise doit être propre et humidifié avant la pose,
- Le mortier est préparé au fil de l’avancement, il ne doit jamais être utilisé s’il a commencé à faire prise, le rajout d’eau est interdit.
- Le lit de pose est de 4 cm d’épaisseur, non compacté et nivelé à la règle.
- Les dalles sont humidifiées avant la pose, il est aussi possible d’appliquer une barbotine de ciment en sous face des dalles.
- La pose des dalles se fait de la même manière que sur sable.
- Prévoir un délai d’attente de 10 jours avant l’utilisation de l’allée.

puceStitre.pngLes allées en pierres naturelles à joints engazonnés

Ce type d’allée est constitué de grandes dalles de pierres naturelles appareillées en opus incertum avec de larges joints engazonnés ou plantés (sédum, sagine).
Ces allées piétonnes permettent de créer des passages dans les gazons ou les massifs en conservant l’impression d’une étendue, alors qu’une allée minérale aurait divisé la surface et l’aurait visuellement morcellé.
Plus esthétiques dans un cadre naturel, elles restent moins pratiques et sont à éviter pour les allées très sollicitées.
Elles sont simples à réaliser et peu coûteuses.

puceSStitre.pngMise en oeuvre de l’allée en pierres naturelles à joints engazonnés
  1. Pour le tracé de l’allée, prévoir le niveau fini de l’allée à fleur du niveau du gazon ou du massif,
  2. Décapage de la terre végétale sur 0,10 m de profondeur, évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Le fond de forme est constitué de la terre en place qui doit être régalée et légèrement tassée sur lequel une couche de sable et terreau est disposée en lit de pose sur 5 cm d’épaisseur.
  5. Les dalles de pierres naturelles sont appareillées en opus incertum et laissant des joints larges de 7 cm.
    Choisir des pierres suffisamment grandes qui donneront un aspect solide et esthétique à l’allée. Dans le cas contraire, le gazon contituant les joints aura tôt fait de recouvrir les petites dalles et de les faire disparaître.
    Les pierres sont calées et battues à l’aide d’une massette en caoutchouc au fur et à mesure de l’avancement.
  6. Les joints sont comblés d’un mélange de sable et terreau dans lequel est semé le gazon ou sont plantées les vivaces de rocaille, sédum ou sagine.
  7. L’ensemble est copieusement mouillé pour stabiliser et nettoyer les pierres mais aussi afin d’arroser les végétaux.

puceStitre.pngLes pas japonnais

Les pas japonais sont composés de larges et épaisses dalles de pierres naturelles disposées selon le rythme d’un pas moyen (intervalle de 0,65 m entre les centres des dalles).
Légèrement en quinconce, les pierres doivent accompagner naturellement le pas du visiteur.
Cette voie évoque les jardins d’Orient, simple, légère elle ne compromet pas l’unité du jardin. Le pas japonais n’a pas vocation d’être une allée à fort passage et utilitaire, il reste un moyen de promenade permettant de traverser le gazon sans se mouiller les pieds dans la rosée.

puceSStitre.pngMise en oeuvre d’un pas japonnais
  1. Pour le tracé de l’allée, prévoir le niveau fini de l’allée à fleur du niveau du gazon ou du massif,
  2. Choisir des pierres suffisamment grandes qui donneront un aspect solide et esthétique à l’allée. Dans le cas contraire, le gazon des joints aura tôt fait de recouvrir les petites dalles et des les faire disparaître.
  3. Présenter les pierres selon le tracé, en quinconce, à 0,65 m d’intervalle entre les centres des dalles. Oter la dalle, décaisser la surface de la forme laissée par la pierre, épandre 3 cm de sable, reposer la pierre, la caler et la battre à l’aide d’une massette en caoutchouc, ramener la terre à niveau puis passer à la suivante.
  4. Les espaces entre les pierres sont comblés d’un mélange de sable et terreau dans lequel est semé le gazon ou sont plantés les vivaces de rocaille, sédum ou sagine.
  5. L’ensemble est copieusement mouillé pour stabiliser et nettoyer les pierres mais aussi afin d’arroser les végétaux.

puceTitre.pngSources et liens

CERIB

Infociment

Paysage Actualités avril 2011 : Quels appareillage pour les produits modulaires ?

Profession Paysagiste juin/juillet 2012 : New béton désactivé

Construction Moderne N° 108 : Les voies en béton.

Complément technique juillet/août 2012 édition du Moniteur.

Editions Afnor boutique : NF P98-335 mai 2007 - Chaussées urbaines - Mise en oeuvre des pavés et dalles en béton, des pavés en terre cuite et des pavés et dalles en pierre naturelle.