Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > MAÇONNERIES PAYSAGERES > Les voies de circulation

Maçonnerie - Allées - Circulations - Dallage - Dalles - Voirie - Parking - Aire de retournement
Mis à jour le 13/04/2013

Les voies de circulation

Cette mémofiche traite des voies de circulation concernant les jardins privatifs et les parcs urbains : faible trafic, passage de véhicule lourd occasionnel, vitesse réduite.

puceTitre.pngLe tracé des voies de circulation

Le tracé fait l’objet en amont de la mise en oeuvre du chantier, d’une étude précise qui doit prendre en compte l’aspect privatif ou collectif du jardin. Les dimensions des voies doivent être adaptées au type d’utilisation et à la fréquentation du site par le public.

puceStitre.pngJardins privatifs

puceSStitre.pngUne voie de 3 m de large, légèrement sous le niveau du gazon.
puceSStitre.pngLes bordures sont discrètes.
puceSStitre.pngLe concepteur doit se poser les bonnes questions :

- Quels sont les types de véhicules et les charges amenées à circuler sur la voie, même exceptionnellement (camion de livreur) ?
- Quels seront les matériaux les plus adaptés selon la région, le climat, la pente de la voie ?
- Faut-il prévoir une zone de parking et pour combien de véhicules ou une aire de retournement évitant les marches arrières contraignantes et dangereuses ?

puceStitre.pngJardins collectifs

Pour les ensembles importants, un plan de circulation dédié permet de prévoir les différents points essentiels à relier : route, parking, entrée des bâtiments, accès aux véhicules de secours.

puceSStitre.pngLe plan de circulation fixe les largeurs des circulations en fonction de leurs utilisations :

- Sens unique : 3 à 4 m,
- Double sens : 5 à 7 m.
- Les accès pour les véhicules de secours : 3,50 m. Ces voies doivent être validés par les services de secours incendie.
Ces circulations font l’objet du traitement habituel des voiries routières du domaine public : Bordures hautes, regards, avaloirs, tampon béton et fonte.
- Les aires de retournement permettant aux véhicules de faire demi tour doivent mesurer 3 à 4 m de large pour 12 m de long.

puceSStitre.pngL’aménagement des parkings

Ce type d’aménagement doit être traité avec beaucoup d’attention car les parkings nécessitent de grandes surfaces et les véhicules qui y stationnent peuvent géner l’effet visuel des perspectives du jardin.
Il est possible de masquer ces parking par des levées de terre plantées d’arbustes ou à l’aide de construction de type claustra.
La plantation d’arbres d’ombrage atténuera aussi l’impact visuel des véhicules tout en apportant de la fraicheur.

Les parkings doivent permettre l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite en prévoyant l’emplacement de places de parking dédiées qui soient de plain-pied en dehors de tout obstacle et de toute circulation automobile. Ces places comportent une bande d’accès latérale, prévue à côté des places aménagées, d’une largeur d’au moins 0,80 m, ce qui porte la largeur totale de l’emplacement à un minimum de 3,30 m. Un cheminement d’une largeur au moins égale à 0,80 m et sans obstacle permet d’accéder au trottoir en toute sécurité.

Les grandes surfaces imperméables des parkings recueillent d’importantes quantités d’eau de pluie. Leur évacuation doit donc être traitée en conséquence en adaptant les dimensions des avaloirs, des regards et des tuyaux à la quantité d’eau reccueillie lors d’un orage violent.
Si le règlement local l’exige, le réseau de collecte des eaux pluviales sera équipé d’un séparateur d’hydrocarbures

puceTitre.pngLes différents types de voies de circulation

puceStitre.pngLes voies de circulation en matériaux souples

Si ce sont techniquement les plus simples à réaliser, ces voies sont aussi les plus sensibles à l’érosion. Elles sont donc à réserver aux endroits comportant de faibles pentes et une faible circulation. Ce type d’allée s’intègre bien dans les zones naturelles.
Les allées en matériaux souples nécessiteront un entretien régulier de désherbage mais aussi de rechargement en matériaux.

puceSStitre.pngConstitution de la voie de circulation en matériaux souples
  1. Pour le tracé de la circulation, prévoir le niveau fini de la circulation en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0.30 m de profondeur, évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire mise en place d’un drainage du fond de forme permettant d’assainir rapidement la voie de circulation après les pluies. Il est aussi utile de prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Pose des bordures béton, en cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées par la suite sur le fond de forme,
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  6. Régalage du fond de forme en tout venant sur 0,20 m et compactage.
  7. Couche de finition en matériaux souples sur 0,07 m : gravillons lavés, sablé coloré, etc..., régalage et compactage. Dans le cadre d’un chantier de création il est préférable d’attendre la fin du chantier pour réaliser cette ultime opération afin de ne pas souiller la voie de circulation au cours des autres travaux.

puceStitre.pngLes voies de circulation en béton coulé sur place (désactivé, balayé, imprimé...)

- Répondant à un usage intensif du public mais aussi à des aspects fonctionnels et décoratifs, les voies de circulation en béton offrent une multitude de possibilités avec des mises en œuvre des plus simples aux plus complexes.
- Coulé sur place, le béton offre une grande liberté d’utilisation en permettant des courbes, des pentes, des contours répondant aux attentes du concepteur.
- Résistant au gel, antidérapant, facile à entretenir, il répond aussi aux attentes des utilisateurs.
- Sur un plan esthétique les types de finitions sont multiples ; colorées, désactivées, imprimées... en choisissant la présentation la plus pertinente le béton peut s’adapter à tous les styles de jardin.

puceSStitre.pngBéton désactivé

Un béton pouvant être d’une teinte naturel ou colorée et à forte teneur en gravillons est mis en œuvre.
Le choix des gravillons est vaste, ils peuvent se présenter sous forme roulée ou concassée. Ce dernier cas permet d’obtenir une surface antidérapante. Un produit retardateur de prise (ou désactivant) est pulvérisé à la surface du béton frais. Il bloque la prise superficielle du mortier.
Après un nettoyage au laveur haute pression, les granulats apparaissent à la surface du béton en lui donnant tout son aspect esthétique.
Il existe des désactivants biodégradables qui respectent l’environnement.

puceSStitre.pngBéton balayé

Avant le durcissement complet, la surface du béton est balayée avec une brosse dont le poil est plus ou moins dur suivant l’effet recherché.

puceSStitre.pngBéton imprimé par pochoirs

Après la mise en œuvre du béton et un talochage fin, des pochoirs en rouleau sont disposés sur la surface du béton frais. Un couche de colorant est saupoudrée puis incorporée par un nouveau lissage. Les pochoirs sont enlevés en cours de durcissement. Une fois le béton durci, une résine de protection est appliquée. Elle améliorera l’imperméabilité du support et facilitera son entretien.

puceSStitre.pngBéton imprimé par matrice

De la même manière que la technique du pochoir, le béton est mis en œuvre puis taloché. Le colorant est incorporé par talochage puis la surface est lissée. Un produit de décoffrage est appliqué et les matrices sont posées pour réaliser le relief. Il suffit de marcher dessus pour réaliser une forte pression puis de les déplacer et de recommencer l’opération. Là aussi une résine protectrice est appliquée.

puceSStitre.pngBéton hydro-gommé ou hydro-sablé

La surface est décapée avec un jet d’eau haute pression mélangé à du sable. Ce traitement est réalisé 24 à 48 heures après le durcissement du béton. Pour des textures différentes, il faut varier la force de projection, l’éloignement de la buse par rapport à la surface à traiter et la nature du sable.

puceSStitre.pngConstitution de la voie de circulation en béton

Pour accéder aux méthodes de calcul permettant de réaliser une étude précise de la voirie nous vous conseillons de consulter le document d’Infociment « Voirie à faible trafic en béton.pdf »

Pour des voiries des jardins privatifs il est possible de d’appliquer la méthode suivante :

  1. Pour le tracé de la circulation, prévoir le niveau fini de l’allée en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0,35 m de profondeur, évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  5. Régalage du fond de forme en tout venant sur 0,20 m et compactage.
  6. Mise en place des joints transversaux tous les 3,50 m et de joints longitudinaux si la largeur du revêtement est supérieur à 4,50 m. Le joint peut être réalisé par un simple trait de scie sur 1/3 de la hauteur du béton ou en utilisant des profils spéciaux type joint "P" qui seront posés sur des plots en béton espacés de 75 cm.
  7. Pose d’un treillis soudé 1,1 kg/m²
  8. Mise en œuvre du béton dosé à 250 kg/m3 sur 0,15 m d’épaisseur. Le béton coulé sur place est régalé, vibré et tiré à la règle.
    Il est possible de prévoir un béton fibré (Comportant des fibres diverses et permettant une meilleure résistance à la fissuration et une plus grande solidité). Les fibres ne remplacent pas le treillis soudé.
  9. Travaux de surfaçage du béton selon le résultat attendu.

puceStitre.pngLes voies de circulation en pavés

Les pavés peuvent être constitués de pierres naturelles ou de béton.
Le choix se portera sur l’un ou l’autre selon le budget disponible et l’effet attendu.
Les pavés de pierres, plus coûteux, s’intègrent dans des réalisations prestigieuses. Les pavés en béton sont d’une grande variété en coloris, formes, styles, allant du plus moderne au plus rustique.
D’une pose relativement aisée et de dimension réduite, les pavés permettent de réaliser des changements de pentes plus facilement que les dalles.
Les pavés doivent répondre aux exigences de la norme NF EN 1338 : Pavés en béton.
L’épaisseur des pavés sera variable selon la fréquence d’utilisation et la charge des véhicules.

puceSStitre.pngConstitution de la voie de circulation en pavé

selon la norme NF P98 335

  1. Pour le tracé de la circulation, prévoir le niveau fini de l’allée en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0,35 m de profondeur (pour des pavés de 0,08 m d’épaisseur), évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Pose des bordures en béton, en cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées sur le fond de forme,
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  6. Fond de forme en tout venant sur 0,24 m, régalage et compactage.
  7. Lit de pose en sable 0/4 ou 0/6,3. Le sable est nivelé à la règle en suivant des rails de guidage sur une hauteur régulière de 3 cm. Un excès de sable entraînera des déformations du dallage du a un tassement différentiel. Les traces laissées par les rails de guidage seront comblées en sable au fur et à mesure de l’avancement et nivelées à l’aide d’une taloche.
  8. La pose des pavés se fait en travaillant sur la surface déjà posée et en contrôlant régulièrement la perpendiculaire des rangs par rapport au sens d’avancement.
    Pour l’approvisionnement en pavés, il faut prendre soins d’utiliser plusieurs palettes en même temps afin d’atténuer le risque de variation de couleur due aux différents bains.
  9. Les coupes sont réalisées au coupe-pavés ou au disque diamant au fur et à mesure de l’avancement.
  10. Les joints sont comblés par un sable fin 0/2 ou 0/4, puis balayés.
  11. Selon la surface, une dame vibrante ou un rouleau vibrant sont utilisés afin de damer l’ensemble et de parfaire la planimétrie. Il est important de damer en commençant par le centre du pavage et en finissant le long des rives. Il faut aussi prendre soin de déborder sur le passage précédent de la dame afin d’obtenir une planimétrie parfaite.
  12. Une deuxième couche de sable fin est balayée sur la surface afin de terminer de combler les joints encore vides. Les joints peuvent être réalisés à l’aide d’un sable polymère permettant ainsi d’éviter la pousse des plantes sauvages, l’installation des insectes et le ravinement des joints.

puceStitre.pngLes voies de circulation en dalles de pierres naturelles ou de béton

Les pierres naturelles s’intègrent dans des jardins paysagers qui laissent une large place aux plantes et à la nature.
Les pierres peuvent être à faces sciées ou clivées (fendues dans le sens des couches naturelles de la pierre) et à rives cassées ou sciées.
Pour les passages de véhicules lourds, même occasionnels, préférez les granits et basaltes qui se révéleront plus résistants.

Les pierres naturelles s’appareilleront selon des dispositions particulières :

puceSStitre.pngOpus incertum

Les dalles sont de formes et de tailles différentes. Il est primordial de respecter certaines consignes essentielles :
- Largeur des joints toujours identiques,
- Pas de joints alignés sur plusieurs pierres formant un « coup de sabre »,
- Seuls trois joints se recoupent,
- Les dimensions des pierres sont harmonieusement réparties sur la surface du dallage.

puceSStitre.pngOpus quadratum (à l’anglaise)

Les dalles ont les rives sciées et de forme rectangulaire, mais de tailles différentes. Concernant les joints, les consignes restent les mêmes.

puceSStitre.pngOpus romain (à l’antique)

Les dalles ont les rives sciées et de formes rectangulaires, carrées ou trapézoïdales.

Les dalles en béton présentent une multitude de dimensions, de formes et de couleurs. Certaines peuvent imiter et remplacer les pierres naturelles, d’autres se caractérisent par leur aspect résolument moderne. Elles peuvent convenir et s’adapter à tous les types de jardin.
Les dalles en béton doivent répondre aux spécifications de la norme NF EN 1339.
Elles résistent assez mal aux passages des véhicules lourds.

puceStitre.pngConstitution de la voie de circulation en dalles (selon la norme NF P 98 335)

  1. Pour le tracé, les dalles régulières ne permettent pas des tracés trop sinueux, pour ceux-ci préférez les pierres aux formes naturelles qui seront plus faciles à appareiller.
    Prévoir le niveau fini de l’allée en dessous du niveau du sol du gazon afin qu’elle soit la plus discrète possible. Prévoir aussi une pente d’évacuation des eaux de ruissellement de 2%.
  2. Décapage de la terre végétale sur 0,32 m de profondeur (pour des dalles d’une épaisseur de 0,04 m), évacuation ou nivellement sur place.
  3. Si nécessaire, prévoir le passage des réseaux d’arrosage et d’éclairage.
  4. Si besoin, pose des bordures béton, en cas de bordures d’une hauteur inférieure à 0,10 m (bordures souples en aluminium, fer, PVC..) elles seront posées sur le fond de forme,
  5. Pose d’un géotextile séparant la terre et le tout venant et assurant une répartition des charges.
  6. Régalage du fond de forme en tout venant sur 0,25 m et compactage.
  7. Lit de pose en sable 0/4 ou 0/6,3. Le sable est nivelé à la règle en suivant des rails de guidage sur une hauteur régulière de 3 cm.
    Un excès de sable entraînera des déformations du dallage du à un tassement différentiel.
    Une épaisseur trop faible de sable laissera apparaître les cailloux du fond de forme entraînant la rupture des dalles en porte à faux.
    Les traces laissées par les rails de guidage seront comblées en sable au fur et à mesure de l’avancement et nivelées à l’aide d’une taloche.
  8. La pose des dalles se fait en travaillant sur la surface déjà posée et en contrôlant régulièrement la perpendiculaire des rangs par rapport au sens d’avancement. Les joints doivent avoir une largeur minimale de 5 mm. Il faut prendre soin de "piocher" dans plusieurs palettes en même temps afin d’atténuer le risque de variation de couleur due aux différents bains.
    Les dalles sont battues à l’aide d’une massette en caoutchouc au fur et à mesure de leur pose.
  9. Les coupes sont réalisées au disque diamant au fur et à mesure de l’avancement.
  10. Les joints sont comblés par un sable fin 0/2 ou 0/4 puis balayés. Les joints peuvent être aussi comblés à l’aide d’un sable polymère permettant ainsi d’éviter la pousse des plantes sauvages, l’installation des insectes et leur ravinement.
  11. Ne pas utiliser de dame vibrante qui éclaterait les dalles.

Il est possible de réaliser une pose sur dalle béton avec un lit de mortier afin d’améliorer la portance des dalles et leur stabilité. Dans ce cas plusieurs consignes doivent être respectées :

- Mise en œuvre effectuée à des températures comprises entre + 5° et + 30°,
- Le béton d’assise doit être propre et humidifié avant la pose,
- Le mortier est préparé au fil de l’avancement, il ne doit jamais être utilisé s’il a commencé à faire prise, le rajout d’eau est interdit.
- Le lit de pose est de 4 cm d’épaisseur, non compacté et nivelé à la règle.
- Les dalles sont humidifiées avant la pose. Il est aussi possible d’appliquer une barbotine de ciment en sous-face des dalles.
- La pose des dalles se fait de la même manière que sur sable.
- Prévoir un délai d’attente de 10 jours avant l’utilisation de la circulation.

puceTitre.pngSources et liens

CERIB - Le guide de conception des ouvrages réalisés à partir de pavés, dalles ,bordures et caniveaux préfabriqués en béton

Infociment « Voirie à faible trafic en béton.pdf »

Editions Afnor boutique : NF P98-335 mai 2007 - Chaussées urbaines - Mise en oeuvre des pavés et dalles en béton, des pavés en terre cuite et des pavés et dalles en pierre naturelle.

Information circulation pour personnes à mobilité réduite