Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > PLANTATIONS > Plantations

Plantations - arbres - végétaux - transport - racine - arbustes
Mis à jour le 03/01/2013

Plantations

La tendance actuelle du jardin est à la minéralisation : Moins de feuilles mortes à ramasser en automne, moins de taille et de désherbage. On cherche ainsi à limiter l’entretien des jardins, c’est pourquoi les plantes font place aux dallages et autres surfaces minéralisées.
Pourtant, le végétal est une source de bien-être et des enquêtes montrent qu’il est plébiscité par les citadins.
Les entreprises de TP ou de maçonnerie sont une dure concurrence pour les travaux de dallages dans les espaces publics et privés. Avoir la compétence de réaliser les plantations en respectant les végétaux et conformément aux règles de l’art restera l’atout principal de l’entreprise du paysage et leur permettra de faire la différence.

puceTitre.pngPlantations, principes de base

La plantation des végétaux doit respecter certains principes de bases afin d’obtenir la bonne reprise du végétal ainsi que son développement et épanouissement à venir :

1. L’environnement de la plante ;
2. La préparation du sol ;
3. Le contrôle, le transport et le stockage des végétaux ;
4. La technique de plantation ;
5. Les premiers travaux d’entretien ;

puceTitre.pngL’environnement de la plante

Les végétaux choisis devront correspondre au milieu naturel qui les entourent afin de s’adapter et d’assurer la pérennité de la composition. Si certains aménagements réalisés par le professionnel permettent de limiter les effets indésirables de l’environnement ; haie brise vent, amendement, drainage… rien ne remplacera les qualités naturelles d’une plante à résister à un milieu auquel elle est adaptée.

puceStitre.pngLe sol :

Avant toute plantation il est nécessaire de connaître le type de sol en place ; sol profond ou superficiel, sec ou humide, riche en matière organique ou pauvre, avec un pH acide, neutre ou basique. Il est toujours possible d’améliorer le sol par des amendements ou de procéder à son remplacement par un apport de terre arable. Toutefois cette dernière solution se relève très couteuse, elle est donc à réserver pour des situations extrêmes.

puceStitre.pngL’exposition :

Les expositions sud et ouest seront plus ensoleillées, chaudes et sèches. Le nord sera toujours plus à l’ombre, froid et humide. L’est bénéficiera du soleil le matin réchauffant rapidement le jardin alors qu’il sera à l’ombre l’après-midi, aux heures les plus chaudes. Selon la géographie locale l’exposition définira aussi les vents dominants.

puceStitre.pngLe climat et l’altitude :

La force du vent et son orientation, la pluviométrie, la durée d’ensoleillement, la différence entre les températures extrêmes mais aussi la région géographique et l’influence de la mer (plus tempérée) ou des montagnes (plus fraîche).

puceStitre.pngLa saison :

« A la sainte Catherine tout bois prend racine » le dicton du jardinier qui nous rappelle qu’une plante installée durant le repos de végétation et qui bénéficie de tout l’hiver pour s’installer à les meilleures chances de reprise. Là aussi selon les régions, l’altitude et la rigueur de l’hiver, les périodes de plantation sont plus ou moins longues. En règle générale, il est possible de planter en racines nues, de début novembre à mi-mars. Plutôt en automne dans les sols secs et légers et au printemps dans les sols froids et humides. Les plantes en mottes permettent un délai supplémentaire. Pour les végétaux en conteneurs, avec un arrosage plus important, il est possible de planter toute l’année en s’interdisant les périodes de grandes chaleurs. Dans tous les cas il ne faut pas planter en sol gelé ou détrempé.

puceTitre.pngLa préparation du sol

puceStitre.pngLe travail préliminaire du sol doit permettre au végétal de trouver un milieu accueillant : aéré, drainant, riche en matière organique et en vie du sol afin de favoriser le développement rapide des racines et des radicelles.

puceStitre.pngLe végétal ne se contentant pas d’explorer le volume du trou de plantation il est donc utile de prévoir un décompactage de la surface d’exploration des racines. Là aussi il est nécessaire de connaître le sol pour jauger de la profondeur utile et des moyens à mettre en œuvre.

puceStitre.pngSi le terrain a été préservé du compactage par les engins, le passage d’un extirpateur et une reprise superficielle à la herse mécanique peuvent être suffisants dans le cas contraire un bêchage profond au godet ou un sous-solage s’avère indispensable.

puceStitre.pngLe retournement complet de la terre doit, dans tous les cas, être évité afin de limiter le mélange des couches. Cela aurait pour effet de détruire la faune et la flore du sol en remontant des couches profondes et stériles.

Un travail du sol bien réalisé rendra par la suite la tâche des plantations plus aisées surtout si celles-ci sont effectuées manuellement. Il peut engendrer un gain de temps et de fatigue important.

puceTitre.pngLe contrôle, le stockage et le transport des arbustes

puceStitre.pngLe choix des genres, espèces et variétés est déjà défini lors de l’étude du projet. Le contrôle de la conformité des végétaux se fait en pépinière ou à la livraison, dans tous les cas avant la signature du bon de réception de la commande. Les spécifications générales des végétaux doivent répondre à la norme NF V 12-051

- La force devra correspondre à celle mentionnée sur le bon de commande avec une marge de tolérance de 5% des sujets.

- Les végétaux devront être sains et accompagnés du visa du contrôle phytosanitaire délivré par le pépiniériste, absence de maladie, pas de chancre, ni d’écorce arrachée.

puceSStitre.pngPour les racines nues ; le collet n’est pas fendu, les racines sont fraîches, les blessures dues à l’arrachage ne compromettent pas le futur développement, le chevelu racinaire doit permettre une reprise optimale.
puceSStitre.pngPour les paniers ; pas d’inclusion du panier dans le collet ni de « chignon racinaire » des racines principales.
puceSStitre.pngPour les mottes ; elles doivent être solides et proportionnées à la dimension du végétal.
puceSStitre.pngPour les conteneurs ; le chevelu racinaire ne doit pas sortir exagérément du pot.

- Le port est harmonieux et correspond à l’espèce ou à la variété choisie (pleureur, dressé, arqué…). Les branches sont régulièrement réparties tout autour d’un axe central. Les points de greffes sont bien soudés et cicatrisés. Le feuillage ou les branches ne sont pas desséchés.

puceStitre.pngLe transport cumule de nombreux risques pour les végétaux

puceSStitre.pngBlessures sur les écorces, les racines ou les branches lors du chargement avec les engins. Mais aussi par frottement sur les ridelles non protégées des véhicules ou entre les végétaux eux-mêmes ;
puceSStitre.pngDessèchement des racines ou des mottes lors des trajets à l’air libre ;
puceSStitre.pngBlessures des feuilles des végétaux persistants (bambous, magnolia, chamaerops…) suite à la vitesse des véhicules qui fait battre le feuillage.

Pour éviter ces risques il est nécessaire de prendre les mesures suivantes :

puceSStitre.pngProtection des troncs lors des poses des élingues de levage. Les élingues doivent être installées de manière à équilibrer la charge et à limiter le frottement sur les engins.
puceSStitre.pngProtection entre les ridelles et les troncs ou branches charpentières qui reposent dessus. Arrimage solide des plantes afin de limiter leur frottement.
puceSStitre.pngMise en place de bâches de protection sur les racines, paniers et mottes pour limiter le dessèchement.
puceSStitre.pngTransport des plantes délicates dans des véhicules fermés ou bâchés.

puceStitre.pngLe stockage des végétaux se fait sur des plateformes à conteneurs et des jauges aménagées sur le terrain de l’entreprise ou directement sur le chantier.

puceSStitre.pngLa jauge est une tranchée préparée à l’avance pouvant accueillir les plantes serrées les unes contre les autres. Recouvert de terre soigneusement tassée, les racines sont à l’abri du froid et du dessèchement. Les plantes peuvent survivre ainsi jusqu’au printemps.
puceSStitre.pngLes plateformes à conteneurs sont composées d’une toile de paillage fixée sur un sol plat, stable et drainant.
puceSStitre.pngLes végétaux en racines nues et en paniers sont mis en jauge immédiatement après le transport, les mottes peuvent être stockées quelques jours sous une couverture de paille et de bâches humides.
puceSStitre.pngLes conteneurs sont rangés sur la plateforme. Les pots sont bloqués pour les protéger du renversement par le vent. Les végétaux en pots sont régulièrement arrosés pour lutter contre le dessèchement même durant l’hiver.

Pour plus d’information sur ce sujet, consultez la mémofiche "Végétaux, réception et stockage"

puceTitre.pngLa technique de plantation

L’implantation suit le plan de plantation (voir mémofiche « Réalisation des esquisses et plans ») en tout état de cause il est indispensable de respecter les distances de plantation vis-à-vis des limites de propriété (voir mémofiche « Règlementation des plantations »)
- Respecter les distances de plantation entre les sujets. Une plantation trop dense ne permet pas l’épanouissement du végétal et altère le port naturel.
- La mise en place des végétaux suit un ordre dégressif ; Les arbres et gros sujets, les arbustes en massifs, les arbustes en isolés, petits sujets et les vivaces. Cette chronologie permet d’imprimer l’échelle de la composition en permettant d’adapter, le cas échéant, le nombre et la densité des plantations.

La méthode de plantation varie en fonction des caractéristiques des végétaux et de leurs dimensions. En règle générale :

puceStitre.pngLes végétaux sont habillés

Par une taille judicieuse des branches afin de diminuer la surface du feuillage. En effet, par la transpiration, le feuillage engendre un grand besoin en eau qui ne peut être assuré par des racines en cours d’installation. L’objectif et de mettre en proportion le volume aérien avec le volume souterrain qui devra l’alimenter. Les gourmands, branches cassées ou présentant des blessures ou maladies sont elles aussi coupées. La taille doit aussi respecter les exigences de chaque genre.
puceSStitre.pngLes blessures des racines suite à l’arrachage sont coupées proprement ;
puceSStitre.pngDans les sols secs ou lors de plantations tardives les plantes en racines nues sont pralinées dans une boue épaisse juste avant d’être plantées ;
Pour les plantes en conteneurs il est parfois utile, lorsque le chevelu commence à tourner dans le pot et à former des « chignons », de réaliser des entailles avec une lame dans ce chevelu afin de briser le sens de développement et de favoriser le départ de nouvelles racines vers l’extérieur. Par temps sec ou chaud il peut être conseillé de faire tremper la motte dans l’eau avant la plantation.

Réalisation d’une fosse de plantation dont les dimensions sont 1,5 à 2 fois plus grandes que le volume des racines, de la motte ou du pot. En milieu urbain la fosse peut atteindre 10 m3 et sera comblée avec un mélange « terre/pierres » permettant de conserver un sol aéré malgré les tassements dues à la circulation. Les terres décaissées sont séparées selon leur qualité ; un tas correspond aux terres superficielles souvent de meilleures qualités (plus sombres), un autre tas est constitué des terres profondes de moindres qualités (plus claires). Les parois et le fond lissés par les outils doivent être décompactés à la bêche afin de permettre une meilleure pénétration par les racines. Cette opération peut être réalisée, selon le nombre de trou, leurs dimensions et la structure du sol soit à la bêche soit à la tarière ou à l’aide d’une minipelle ;

La terre de bonne qualité et fine est disposée sur le fond du trou afin de créer un lit propice à l’installation des racines, une fumure organique y est incorporée. Le végétal est disposé sur ce lit. Le collet doit être situé juste au-dessus du niveau du sol ;

puceStitre.pngSi besoin, à ce stade, la plante est tuteurée.En cas haubanage, il se fera après le remblaiement complet du trou de plantation ;

puceStitre.pngLes racines sont recouvertes de la terre de bonne qualité qui sera régulièrement tassée sans blesser la plante ;

puceStitre.pngLa terre de moins bonne qualité est utilisée en recouvrement et pour créer la cuvette chargée de retenir l’eau d’arrosage ;

puceStitre.pngIl est nécessaire de procéder à un arrosage copieux destiné à chasser les bulles d’air emprisonnées dans le sol qui risquent de dessécher les racines. Cette opération est à réaliser surtout dans un sol humide et motteux donc même sous la pluie.

puceStitre.pngLe ramassage des branches et des racines coupées, des pots, des liens, des pierres et des terres excédentaires permettent de nettoyer le chantier. Un griffage superficiel décompacte le sol et présente une finition parfaite des travaux.

puceTitre.pngLes premiers travaux d’entretien

La première année après la plantation, les travaux d’entretien sont appelés « travaux de parachèvement ».
Ceux-ci qui permettent d’assurer la bonne reprise des végétaux jusqu’à la réception des travaux.

Les symptômes de la reprise :

puceStitre.pngLe végétal garde son écorce lisse. Si elles a tendance à se rider il est encore possible de limiter le volume du feuillage en procédant à une taille plus sévère, en augmentant les arrosages et surtout les bassinages. La chute de quelques feuilles pour les persistants ou des aiguilles des conifères est une défense naturelle et n’influe pas sur la reprise ;

puceStitre.pngEn grattant légèrement les branches avec l’ongle, on découvre sous l’écorce un bois vert et humide ;

puceStitre.pngLes conifères en bonne voie de reprise laissent apparaître des bourgeons vigoureux, gonflés et de couleur claire.

Les végétaux n’ayant pas repris présentent des rameaux et des feuilles desséchés.
Le bois est cassant, en grattant l’écorce ridée on ne voit qu’un bois mou et de couleur brune. Les bourgeons sont secs et cassants.

La 2ème et parfois la 3ème année après la plantation « les travaux de confortement » permettent d’assurer l’entretien pendant le délai de garantie.

Les travaux consistent au :

puceSStitre.pngBinage du sol et lutte contre les adventices ;
puceSStitre.pngRéfection des cuvettes d’arrosage et arrosages réguliers selon les besoins de la plante ;
puceSStitre.pngContrôle de la solidité des tuteurs et desserrage des liens ;
puceSStitre.pngTaille de formation, enlèvement des gourmands et des drageons ;
puceSStitre.pngSi nécessaire ; fertilisation, lutte contre les parasites et les maladies ;

puceTitre.pngSources et liens

Les règles professionnelles - Travaux de plantation des arbres et arbustes - UNEP