Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > PRÉPARATION DU CHANTIER > Travaux préliminaires du chantier

Travaux - chantier - organisation - Préparation - Préliminaires
Mis à jour le 12/07/2013

Travaux préliminaires du chantier

Pour bien démarrer un chantier, il est important de réaliser les travaux préliminaires : Aménager les accès provisoires, protéger les plantes en place, éliminer celles qui sont indésirables et nettoyer le terrain si nécessaire.

Prendre le temps, en amont du chantier, de s’organiser facilite la tâche du manager, de l’encadrement et des ouvriers.
Cet effort d’organisation rassure aussi votre client en prouvant que, même si un incident arrive, vous avez tout mis en place pour l’éviter et en minimiser les conséquences.
Sur un chantier bien préparé, l’ambiance de travail est plus sereine, le chantier est sécurisé et les malfaçons sont limitées.
Les procédures concernant le respect de l’environnement doivent être intégrées dès cette phase afin de valoriser les déchets, de limiter les transports de matériaux et d’utiliser les désherbants chimiques à bon escient.

puceTitre.pngSécurité et environnement

La première étape avant la mise en route du chantier à proprement parlé, est de répondre aux normes réglementaires de sécurité et d’environnement :

puceStitre.pngMettez en sécurité vos salariés et les passants en balisant le chantier et les voies d’accès.

puceStitre.pngRamassez et éliminez tous les déchets.

Attention dès l’instant où vous prenez en charge le chantier vous êtes responsable de ce qui se trouve sur la parcelle :

puceSStitre.png Vieux bidons contenant des produits inconnus,
puceSStitre.pngPlaques de fibrociment amianté,
puceSStitre.pngBatterie, pneus…

Tous ces produits nécessitent obligatoirement un retraitement par des entreprises spécialisées.
Il est important de former votre personnel à ces situations anodines qui peuvent devenir tragiques : un vieux bidon dans les broussailles peut très bien contenir du Pyralène ! Danger pour celui qui y mettra son nez en ouvrant le bidon !
Prévoyez les filières de traitement de vos déchets et informez votre personnel.

Dans le doute, vous pouvez prévoir au devis une clause précisant les suppléments de prix pour la prise en charge des produits dangereux.

puceTitre.pngLes bâtis et VRD

puceStitre.pngA l’aide du plan de masse transmis par le client ou l’architecte, repérez et matérialisez les limites du terrain. Si elles existent, dégagez les bornes et protégez-les du passage des engins.

puceStitre.pngFaites de même avec les divers regards.

puceSStitre.pngEn ouvrant les regards, contrôlez leur état et vérifiez les profondeurs des conduites des eaux pluviales (EP), des eaux usées (EU), gaines électriques, téléphone, eau.
puceSStitre.pngMatérialisez les conduites sensibles ou peu profondes pour qu’elles soient facilement repérées par vos chauffeurs d’engins.

puceStitre.pngDébroussaillez mécaniquement et/ou manuellement l’ensemble du terrain.

Favorisez le broyage sur place plutôt que le ramassage et n’oubliez pas qu’il est interdit, polluant et dangereux de brûler les déchets verts.
Si nécessaire et dans le respect de la réglementation, appliquez un traitement chimique (débroussaillant, désherbant total non rémanent) sur les repousses.

puceStitre.pngDémolissez et évacuez les anciennes constructions inutiles : dalles, bordures, allées…

Attention certaines pièces issues des démolitions de murs en pierres ou d’ouvrages peuvent devenir des éléments intéressant à replacer judicieusement dans le jardin.
Ces éléments peuvent rappeler l’histoire locale de l’utilisation des matériaux et du façonnage du paysage par l’homme. Il en va de même pour des végétaux en place qui peuvent eux aussi raconter l’histoire du jardin, soyez attentifs.

puceStitre.pngLes fondations doivent être arasées à une profondeur suffisante pour ne pas nuire aux futures plantations (- 0.30 m pour un gazon, -0,80 m pour les arbustes, - 2 m pour les arbres)

puceTitre.pngLes végétaux

Les végétaux qui doivent restés en place sont à préserver de l’activité du chantier. Ils deviendront par la suite des pièces maîtresses du jardin.

puceStitre.pngProtéger vos arbres à conserver en les entourant d’un corset de bois solide.

Un arbre dont l’écorce est arrachée par un godet d’engin, est dénaturé sur un plan esthétique et présente une plaie qui risque de servir de porte d’entrée aux parasites entraînant des nécroses, chancres et pourritures.

puceStitre.pngProcédez aux travaux de taille des arbustes en place et à l’élagage des arbres qui le nécessitent.

puceStitre.pngAbattez ceux qui sont à éliminer et arrachez les souches à la pelle mécanique ou à l’aide d’une rogneuse de souche .

Pour faciliter l’arrachage pensez à tronçonner le tronc à 1,50 du sol afin de s’en servir de bras de levier.

puceStitre.pngTransplantez les végétaux récupérables mais mal situés soit en les mettant directement en place soit en les faisant transiter par la jauge que vous aurez préalablement préparée.

puceTitre.pngLe sol

puceStitre.pngSelon la surface et l’accessibilité, décompactez le sol au tracteur attelé d’un chisel, à la minipelle ou au motoculteur.

puceStitre.pngDans le cas de travaux importants, il est utile de procéder à une analyse de sol afin d’en connaître les qualités et les défauts. La terre végétale est ensuite décapée sur 20 à 40 cm de profondeur afin de préserver ses qualités naturelles.

Il est préférable que la hauteur du stock de terre végétale ne dépasse pas trois mètres de hauteur pour ne pas détruire les micro-organismes utiles. Il peut aussi être engazonné afin de limiter l’installation des adventices. 
La terre sera remise en place au fur et à mesure des besoins et de l’avancée du chantier.

puceTitre.pngSources et liens

Règles professionnelles : Travaux des sols, supports de paysage à télécharger sur le site de l’UNEP.