Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > AMENAGEMENTS PAYSAGERS > TERRASSEMENTS > Terrassements

Mis à jour le 28/01/2013

Terrassements

Le terrassement permet de modeler le terrain existant en créant un nouveau relief qui sera l’ossature du futur jardin.
Ce stade de la réalisation du jardin est un des plus délicats car le terrassement, en créant les volumes, détermine le style du jardin : douceur et rondeur d’un jardin paysager ou rigueur des lignes dans un jardin moderne. Une fois le modelage du terrain terminé il ne sera plus possible de le modifier sans engager des frais importants. De plus, sans précaution pour la terre en place, le terrassement peut être fatal pour la qualité du sol et les végétaux qui devront y vivre (compactage, déstructuration, pollution…).

puceTitre.pngL’étude préalable

Selon l’arrêté du 15 février 2012, avant toute intervention de terrassement en domaine privé ou public à proximité des ouvrages aériens et souterrains, vous devez déclarer votre chantier (voir le paragraphe Sources et liens).
Pour les chantiers impliquant des volumes de terre importants à déplacer (> à 100 m3) il est indispensable de disposer d’une étude préliminaire, des métrés, d’un plan de terrassement et des profils le complétant (voir la mémofiche "Réalisation des esquisses et plans" – Paysaguide).
Pour des terrassements plus simples, moins volumineux, il suffit souvent de se fier à une estimation globale.

Pour préserver la qualité des sols, il est préférable de réaliser les opérations de terrassement hors période de pluie et de gel.

Attention, la terre en place depuis de nombreuses années est naturellement tassée, la manipuler augmente son volume, c’est le coefficient de foisonnement.
Il est important de le prendre en compte lors des calculs de terrassement (Nombre de camion de terre à évacuer, terre végétale à faire livrer…).

puceSStitre.pngLogiquement plus la terre est sableuse et sèche plus le coefficient de foisonnement est faible et plus la terre est humide et argileuse, plus son coefficient de foisonnement sera élevé :

- Sable de 8 à 12 %
- Terre végétale de 14 à 18 %
- Terre argileuse de 16 à 20 %
- Terre de bruyère de 30 à 40 %

puceTitre.pngLes terrassements préliminaires

puceStitre.pngRetroussement :

Pour préserver une terre en place de bonne qualité il est parfois judicieux de procéder à son retroussement.
Ceci consiste à décaper la couche de terre arable sur 0,30 à 0,40 m de profondeur et à la stocker sur place en andain de 3 m de hauteur maximum. La terre ainsi préservée pourra être ensuite reprise et déposée dans les fosses des arbres, derrières les murets de soutènement et sur les zones à engazonner.

puceStitre.pngRemblais et déblais :

Ils seront créés selon le plan de terrassement ou "grosso-modo", afin de retranscrire les volumes et les courbes du projet.
Ces terrassements consistent à creuser et déblayer les points au dessus des niveaux finis du projet puis à remblayer les niveaux trop bas.
L’objectif étant d’équilibrer les volumes afin de limiter les évacuations de terre en décharge ou au contraire, les apports de terre extérieure.
Les terres stériles provenant des zones profondes doivent retourner sur un fond de remblais et être recouvertes par de la terre arable afin de maintenir une homogénéité dans la couche de terre qui accueillera les végétaux et les gazons.

puceStitre.pngUne bonne organisation du travail doit préserver les sols en évitant les allers-retours inutiles des engins et en effectuant au fur et mesure de l’avancée du chantier un bêchage profond de décompactage à la pelle-retro. Les déblais sur une profondeur de plus de 0,50 m doivent être tassés par couches successives de 0,30 m afin d’obtenir un sol stable qui ne se déformera pas après le premier hiver.

puceStitre.pngTalus

Leur pente est mesurée en pourcentages ou en degrés.
Une pente de 50% correspond à une dénivelée de 50m pour 100m de longueur et à 26.57°.

Afin d’éviter tous risques de glissement de terrain, il ne faut pas dépasser la pente maximale et tenir compte de la nature du sol et de sa stabilité :

NATURE DU SOLTALUS EN REMBLAITALUS EN DEBLAI
Sable 57% 57%
Gravier 70% 70%
Terre argileuse 70% 100%
Cailloux 100% 100%

Sur ce type de talus, l’entretien devient difficile et dangereux. Il est donc préférable de prévoir des plantations sur une toile de paillage.
Les engins de fauche radiocommandées pour fortes pentes peuvent toutefois intervenir dans une pente maximale de 100 % (45 °).

Pour améliorer leur stabilité, les pieds de talus peuvent être drainés ou enrochés.

puceStitre.pngFosses de plantations :

Réaliser une fosse de plantation permet d’ameublir le sol pour faciliter l’installation des végétaux ou de creuser et d’évacuer une terre de trop mauvaise qualité qui sera remplacée par de la terre arable.

puceSStitre.pngArbre : trou de 1,50 x 1,50 x 1,50 m, (hors voirie urbaine qui nécessite parfois des fosses de 10 m3))
puceSStitre.pngArbustes : 0,60 m de profondeur sur l’ensemble du massif,
puceSStitre.pngHaie : tranchée d’une section de 0,50 x 0,50 m,
puceSStitre.pngVivaces et rosiers : 0,40 m de profondeur sur l’ensemble du massif,

Là aussi il faut prévoir un décompactage du fond des fosses afin de permettre aux racines des végétaux plantés de pénétrer facilement le sol.

puceTitre.pngLes terrassements complémentaires

puceStitre.pngDécaissements de circulation :

Le tracé nécessite une grande précision afin d’économiser les matériaux de fond de forme et de limiter les pollutions de la terre arable avec les graves.
La profondeur de décaissement sera fonction du type d’allée choisie et de sa fonction (allée piétonne, circulation VL, accès véhicule de secours lourd). Les terres issues du décaissement doivent être prisent en compte dans le calcul des remblais.

puceStitre.pngFondations :

Cela concerne l’ensemble des constructions nécessitant d’être ancrées au sol, escaliers, murs de soutènement, murets…, pour lesquelles il est nécessaire de réaliser des fondations.
Là aussi les dimensions seront liées au volume de la construction et il est utile de les prendre en compte dans les opérations de remblais.

puceStitre.pngLes tranchées :

Elles sont destinées à recevoir les différents réseaux enterrés utiles au jardin.

RESEAUPROFONDEUR THEORIQUE DES TRANCHEESCONSEILS ET REGLEMENTATION
Collecte des eaux pluviales (EP) 0,90 à 1,20 m C’est le point de raccordement qui détermine souvent la profondeur de la tranchée mais l’écrasement est garantie au-dessus de 0,40 m . La pente minimale doit être de 2%.
Collecte des eaux usées (EU) 0,90 à 1,20 m Même remarque que pour les UP. La pente minimale est de 2%. Les EU sont obligatoirement raccordées au EU collectives.
Gaine pour câbles électriques 0,60 m Gaine TPC annelée rouge avec une aiguille, filet avertisseur rouge.
Gaine pour téléphone 0,30 à 0, 50 m Gaine TPC verte avec aiguille, filet avertisseur vert.
Eau courante 0,90 à 1,20 m Tuyau PE avec liseré de 32 à 25 mm, la profondeur évite au tuyau de geler, filet avertisseur bleu.
Gaz 0,30 à 0,50 m Gaine, aiguille, filet avertisseur jaune.
Arrosage automatique 0,30 à 0,50 m Tuyau PE d’arrosage et filet avertisseur bleu. Prévoir des points bas pour les vidanges en hiver.
Eclairage de jardin 0,30 à 0,50 m Gaine TPC annelée rouge et filet avertisseur rouge

Le filet avertisseur doit être posé 0,20 m au-dessus des gaines.

Les réseaux peuvent être dans la même tranchée mais en respectant des distances minimales


Pour les réseaux électriques, téléphone, gaz, vous pouvez réaliser les tranchées et installer les gaines mais attention il faut être habilité pour réaliser les raccordements !

puceStitre.pngLes règlements :

Ce sont les finitions des terrassements qui se font souvent à la main le long des ouvrages sensibles comme les bâtiments existants ou les arbres conservés. Ils permettent aussi de décompacter les sols tassés par le passage des engins et de niveler "grosso-modo" avant les travaux d’engazonnement ou de plantation.

puceTitre.pngSources et liens

Site public INERIS

DESSIN-JARDIN – JC Pamelard