Accueil Agenda > ART ET TECHNIQUE > ENTRETIENS PAYSAGERS > LES ARBUSTES > La taille des arbustes

taille - arbustes
Mis à jour le 09/05/2013

La taille des arbustes

Dans la nature les plantes ne nécessitent ni taille, ni soins particuliers pour se développer et porter des fleurs. Par contre, dans l’environnement artificiel qu’est le jardin ou le parc paysager, il est parfois essentiel d’intervenir par la taille afin de conserver une forme harmonieuse, pour obtenir une floraison abondante ou bien encore des bois vivement colorés.

La taille permet de maintenir des végétaux sains, sans branches malades, ni mortes qui seraient facteurs de contamination.

La taille, si nécessaire soit elle, doit être un geste utile, raisonné et effectué dans le respect de la biologie de l’arbuste. Pour un résultat de qualité, elle doit être suivie des autres soins indispensables à la bonne santé des plantes comme le travail du sol, le paillage, le désherbage, la fertilisation, la lutte contre les maladies…

puceTitre.pngLes objectifs de la taille

puceSStitre.pngObtenir un effet décoratif maximal pour les végétaux d’ornement,
puceSStitre.pngAméliorer la qualité et la quantité de fruits pour les petits fruitiers,
puceSStitre.pngConserver le port naturel de l’arbuste, équilibré et agréable à la vue (forme érigée, arrondie, arquée, étalée).
puceSStitre.pngConserver les caractéristiques de la variété en éliminant les branches qui s’affranchissent : Elégagnus pungens « maculata auréa », Acer négundo, Corylus avellana « contorta » et bien d’autres.
puceSStitre.pngAssurer la vigueur et la santé de l’arbuste en éliminant les branches mortes ou malades et en assurant le maintien de l’équilibre entre les racines et les parties aériennes,
puceSStitre.pngParfois mais dans le pire des cas : restructurer par une taille sévère les arbustes abandonnés ou mal taillés durant plusieurs années.

puceTitre.pngLes facteurs de réussite

La taille ne peut pas tout solutionner, parfois elle peut même avoir des effets néfastes : en cas de carence, elle a tendance à ralentir le développement des végétaux. Avant d’intervenir par la taille, il est donc primordial de satisfaire à l’ensemble des besoins de l’arbuste : eau, éléments nutritifs, élimination de la concurrence des adventices, qualité du sol (pH, taux de matière organique, aération…), soins contre les maladies.

Une taille réfléchie nécessite d’avoir des connaissances botaniques sur : la biologie des arbustes, les exigences des espèces et variétés, les époques de floraisons, le fonctionnement de la ramification et le développement des bourgeons.

Avant de tailler il faut avoir défini ce que l’on désire obtenir : un feuillage décoratif, une floraison abondante, une forme naturelle ou dirigée telle que pour l’art topiaire, un massif d’arbustes compacts formant un écran ou au contraire des végétaux distants les uns des autres et exprimant toutes leurs qualités.

Une taille sévère tous les ans n’est pas nécessaire. Préférez une taille légère d’entretien qui permet souvent de maintenir dans de bonnes conditions la plupart des arbustes. Le suivi doit donc être régulier pour éviter les tailles trop sévères qui épuisent le végétal, favorisent l’apparition de maladies et déséquilibrent son harmonie naturelle.

puceTitre.pngLes caractéristiques biologiques

puceStitre.pngLes modes de ramifications :

Chaque arbuste à un mode de ramification qui agit sur son type de développement et sa taille adulte. Le connaître mais aussi en tenir compte dès la plantation favorise l’aspect esthétique des plantes et leur bonne santé. Cela permet aussi de limiter les interventions de taille et donc de réaliser des économies de temps et d’argent.

puceSStitre.pngLa basitonie : La tonicité se situe à la base de la plante. L’arbuste produit de nouveaux rameaux à partir de la base de ses rameaux ou de sa souche. La taille vise à supprimer régulièrement les branches les plus anciennes à leur base afin de provoquer de nouveaux départs à partir de la souche. C’est un rajeunissement en continu. Parmi les plantes basitones on compte Cornus alba, Kerria japonica, Spiréa X billardii.
puceSStitre.pngL’acrotonie : La tonicité de l’arbuste se situe au sommet des rameaux. Les bourgeons terminaux se développent au détriment des bourgeons axillaires. Ces arbustes ne nécessitent pas de taille mais ils doivent impérativement disposer de suffisamment de place pour se développer naturellement. Quelques arbustes acrotones : Cornus mas, Ligustrum sinense, Pittosporum tobira.
puceSStitre.pngLa mésotonie : Les pousses vigoureuses apparaissent vers le milieu des rameaux déjà existants. On trouve parmi les arbustes mésotones les Forsythia X intermédia, Spirea X vanhouttei, Lonicera tatarica. Ces arbustes doivent disposer d’une place leur permettant de conserver un port naturel, la taille doit donc être la plus minimaliste possible.

Attention : ces caractéristiques varient d’une espèce à l’autre, selon les variétés mais aussi en fonction de l’âge du sujet. Certains arbustes peuvent allier plusieurs types de ramifications avec, plus ou moins, une prédominance de l’une ou de l’autre.

puceTitre.pngLes périodes de taille

En règle générale ; « la meilleure période est celle qui laisse le maximum de temps à la végétation pour produire les pousses qui fleuriront la saison suivante  ».

puceStitre.pngLes arbustes à floraison printanière ou de début d’été :

Ils se taillent juste après la floraison. En effet, les bourgeons à fleurs se forment en été sur les pousses de l’année puis ils restent latents durant l’automne et l’hiver. L’éclosion de ces bourgeons, formant la floraison, se fait au printemps de l’année suivante.
Il faut donc éviter de tailler les branches saines en été ou en hiver car cela revient à éliminer d’autant la floraison au printemps suivant. Exemple : forsythia, deutzia, syringat…

puceStitre.pngLes arbustes à floraison estivale :

La taille est réalisée en fin d’hiver après les périodes de fortes gelées. Certains de ces arbustes (Pérowskia atriplicifolia, Buddléia davidii, Leyceisteria formosa) se taillent très court afin de favoriser la production de pousses de l’année qui porteront les fleurs en abondance. Un nettoyage en fin d’automne permet de supprimer les fleurs fanées. Il faut toutefois conserver le maximum de branches autour du pied afin de permettre à l’arbuste de mieux résister en cas d’hiver rigoureux.

puceStitre.pngLes arbustes à feuillage décoratif ou à bois décoratif :

Il est nécesaire de respecter en priorité le mode de ramification de l’arbuste. Pour certains cas particuliers, il est parfois bon de réaliser une taille courte en fin d’hiver qui favorisera la production de bois et de feuillage (Cornus alba).
Une taille courte associée à une fertilisation permet de stimuler le développement de nouvelles pousses. Celles-ci seront vigoureuses, vivement colorées et porteuses d’un feuillage abondant. Toutefois ce développement du bois et du feuillage se fait au détriment de la floraison, si celle-ci apparait sur le bois de l’année précédente comme pour le Cotinus coggigria. Là aussi, tout est une question de choix : Feuillage ou floraison ?

puceStitre.pngLes arbustes à feuillage persistant :

Leur taille consiste à les débarrasser des bois morts ou malades et à leur maintenir un port naturel et équilibré. Pour cela ils doivent aussi disposer d’une place dans le jardin proportionnelle à leur taille adulte.

La meilleure période de taille des arbustes à feuillage persistant se situe entre avril et mai. En effet, sensibles au gel, ces arbustes préfèrent des tailles après les dernières gelées. Réalisée suffisamment tôt dans la saison, cette taille laisse le temps aux jeunes pousses de s’aoûter afin d’être résistantes aux gelées de l’hiver suivant. Dans le cas contraire une taille trop tardive en fin d’été peut entraîner de nouvelles pousses tendres qui ne supporteront pas à un hiver rigoureux.

Si l’arbuste est un persistant porteur de fleurs printanières (azalée, rhododendron, camélia…) il est indispensable de tenir compte de l’époque de floraison et de le tailler juste après celle-ci.

L’utilisation des taille-haies et des cisailles doit être proscrite pour la taille des arbustes qui portent des feuilles larges : Ces outils endommagent la surface foliaire en laissant des cicatrices irréparables. Ils seront donc taillés à l’aide d’un sécateur (rhododendron, photinia, aucuba, houx, magnolia…)

puceTitre.pngLe choix du matériel

Les outils de taille doivent être solides, confortables à l’utilisation et tenus en permanence affûté. Chaque outil doit être choisi selon son utilisation spécifique, certains ont bénéficié d’améliorations dans le confort d’utilisation : Poignée tournante, légèreté, démultiplication du système de coupe.

puceStitre.pngLe sécateur et sa pierre à affûter, outil de base de tous les jardiniers :

Il doit être utilisé dans le bon sens : la contre lame ou « enclume » supporte la branche et reste immobile, la lame coupante est active et tranche proprement le bois. Le sécateur est transporté dans une pochette de rangement et de protection afin d’éviter les accidents aux doigts qui surviennent en sortant le sécateur de la poche. Pour l’entretenir ; il suffit de l’affûter régulièrement et de l’huiler légèrement. De temps en temps, le contrôle du serrage de l’écrou de l’axe permet de limiter le jeu entre les lames et d’obtenir une coupe nette.

puceStitre.pngLa Cisaille :

Elle permet d’entretenir les haies mais elle est aussi utilisée pour la taille des topiaires et des arbustes persistants à petites feuilles (lonicéra, lavande, fusain…)

puceStitre.pngL’ébrancheur (sécateur de force) :

Il est utilisé pour tailler les branches dont la section ne permet pas l’utilisation du sécateur. Les manches peuvent être plus ou moins longs ce qui permet une force de travail proportionnelle.

puceStitre.pngLa scie arboricole droite ou pliante :

Elle est utilisée pour tailler les branches dont la section ne permet plus l’utilisation de l’ébrancheur. Son utilisation laisse parfois des coupes peu nettes, l’utilisation d’une serpette permet de rafraîchir la coupe en taillant proprement les bords.

puceStitre.pngL’échenilloir :

Ce sécateur prolongé d’un manche télescopique permet de tailler les branches supportant des nids de chenilles dans les arbres. Il peut aussi être utilisé pour la taille de branches dans les arbustes hauts et inaccessibles.

puceStitre.pngLa scie sur perche :

En complément de l’échenilloir, elle est très utile pour les arbustes hauts.

Il existe aujourd’hui une gamme de sécateurs assistés fort utile pour les travaux de taille importants. Confortables et rapides ils permettent un travail de qualité tout en augmentant la productivité des utilisateurs et en diminuant les risques liés aux mouvements répétitifs du sécateur manuel (TMS dont le syndrome du canal carpien). Toutefois une formation à l’utilisation et le port d’un gant à coquilles de protection des doigts est indispensable. Le sécateur assisté est en effet responsable de 24% des accidents graves liés aux machines agricoles (Etude MSA 2001-2011)

puceTitre.pngLa réalisation de la taille

puceSStitre.pngObservez l’arbuste à tailler, déterminez son genre et espèce, déduisez en ses exigences botaniques, son époque de floraison, est-il acrotone ou basitone ?

Observez aussi sa vigueur, son environnement et décidez s’il est utile de le tailler ou non !

puceSStitre.pngDéfinissez l’objectif recherché :

La floraison, le feuillage décoratif, la fructification, masquer un vue indésirable. Une taille courte chaque année sur le cotinus provoque de nombreux départs de branches favorables à un feuillage magnifique mais ne permettra pas la production de fleurs.

puceSStitre.png Éliminez le bois mort ou malade,
puceSStitre.pngTaillez les branches qui déséquilibrent l’arbuste,
puceSStitre.pngLa taille d’une branche se fera en biseau au-dessus d’un bourgeon sain. C’est la position du bourgeon qui va indiquer le sens de développement de la future pousse. Il est donc préférable de choisir un bourgeon tourné vers l’extérieur de l’arbuste.
puceSStitre.pngL’intervention peut se faire dans le cadre d’une taille de formation initiale ou lors d’une taille régulière d’entretien :
  • Taille de formation initiale  : La plupart des végétaux ne nécessitent qu’une taille douce destinée à éliminer les pousses superflues ou mal placées.
    Mais certains arbustes ont besoin d’être taillés pour stimuler la floraison ou la production de bois décoratif souhaitée.
  • Taille d’entretien : Permet de maintenir la forme, le port de l’arbuste selon la taille souhaitée. Elle favorise aussi la production de jeunes pousses qui permettent le renouvellement du bois (rosiers, deutzia, cassissier, …).
    La coupe de bois mort ou malade nécessite de revenir sur une partie encore vivante et saine. Il ne doit pas rester de chicots qui sont porteurs de maladies et peuvent devenir le départ de nouveaux risques d’infections. Éliminez aussi les rameaux cassés.

Dans tous les cas respectez l’équilibre de l’arbuste en appliquant les principes suivants : Les pousses vigoureuses doivent être taillées légèrement afin de respecter leur vigueur (taille longue), alors que les plus faibles sont à réduire sévèrement afin de provoquer des départs de branches plus vigoureux (taille courte).

puceTitre.pngLa sécurité du personnel

Les travaux de taille peuvent avoir des conséquences sur la santé du personnel :

puceSStitre.pngUtilisation de matériel coupant et risque de plaies,
puceSStitre.pngGestes répétitifs entraînant des TMS (sécateur),
puceSStitre.pngPort de charges lourdes lors du ramassage des déchets de taille et du chargement dans le véhicule.
puceSStitre.pngArbustes toxiques, urticants ou piquants,
puceSStitre.pngTravail en hauteur et risque de chute,
puceSStitre.pngPrésence d’insectes et d’animaux dans les arbustes (nids de guêpes, frelons, rats…) entraînant des risques de piqûres ou de leptospirose.

Les dangers spécifiques à cette activité doivent être identifiés et enregistrés dans le Document Unique ainsi que les mesures prises par l’entreprise pour les éviter. (Voir la mémofiche Le Document Unique)

puceTitre.pngSources et liens

La taille - Christophe Brickell - Edition pratique du jardinage - éditions Nathan

Lien Horticole - N° 811 12/09/2012 - Pascal Prieur

PascalPrieur.com

CAUE 77, rubrique vidéos : Les différents type de ramification chez les arbustes