Accueil Agenda > RESSOURCES DOCUMENTAIRES > ECOLES ET FORMATIONS > LES GRANDES ECOLES DU PAYSAGE > Ecole nationale supérieure de paysage

Mis à jour le 21/06/2014

Ecole nationale supérieure de paysage

L’ENSP a succédé en 1976 à la Section du paysage et de l’art des jardins créée à l’École nationale d’horticulture en 1945, ainsi qu’au Centre national d’études et de recherches du paysage de Trappes (1972-1978). Elle forme depuis cette date des paysagistes diplômés par le gouvernement (DPLG) dans le site du Potager du Roi de Versailles après le départ de l’École nationale supérieure d’Horticulture à Angers en 1996.


puceTitre.pngLes métiers du paysagiste DPLG

Traditionnellement liée à la conception de parcs et jardins, la pratique des paysagistes s’est étendue à l’aménagement des espaces publics et au projet de territoire.

En mission d’étude générale ou de conseil, le paysagiste DPLG participe, comme expert ou médiateur, aux études d’environnement, de programmation et d’aménagement.

En mission opérationnelle, le paysagiste DPLG conçoit et assure la maîtrise d’œuvre complète d’aménagements de l’espace public, de parcs et jardins, d’ensembles immobiliers ou encore de réseaux routiers.

Lors de la réalisation ou de l’entretien du projet qu’il a conçu, il s’appuie encore sur d’autres métiers : entrepreneurs du génie civil et du BTP, pépiniéristes, entrepreneurs de paysage, jardiniers, etc.

puceTitre.pngLe projet de paysage au cœur de la formation de Paysagiste DPLG

Dans sa formation initiale de Paysagiste DPLG (Diplômé par le gouvernement), l’ENSP a choisi de transmettre une culture professionnelle du projet de paysage fondée sur une immersion constante de l’étudiant dans un apprentissage pratique et théorique.

puceTitre.pngLes différentes formations

puceStitre.pngLa formation par apprentissage : Elle repose sur le principe de l’alternance entre enseignement dispensé à l’école et la formation en situation professionnelle. Cette nouvelle voie d’accès au diplôme ouvre encore davantage l’ENSP au monde professionnel et renforce les liens entre agences, secteur public, école et enseignants chercheurs.

puceStitre.pngLe Certificat d’études supérieures paysagères : Il s’agit d’une formation complémentaire d’une durée d’un an, ouverte aux étudiants et professionnels titulaires d’un master-1 au moins et désireux de s’initier au projet de paysage. Le CESP est réalisable à Versailles comme à Marseille.

puceStitre.pngLes Masters en Paysage : Les masters proposés offrent une formation scientifique pluridisciplinaire relative aux problèmes conceptuels et pratiques posés par l’évolution des paysages et par les politiques paysagères, qu’elles soient urbaines ou rurales. Ils forment des professionnels de l’aide à la décision auprès des élus ou des grands donneurs d’ordre pour l’élaboration de leur projet de territoire.

puceStitre.pngLa formation continue : Ces formations ont pour objectif de former aux techniques de jardinage et au projet de jardin et à son intégration au paysage. Fondés sur une association de la théorie et de la pratique, continuité entre tradition et innovation, les cours sont dispensés au cœur du Potager du Roi ou lors de voyage d’études.

Composé de modules, autonomes et complémentaires, le programme forme un ensemble cohérent, adapté à la fois aux demandes d’initiation d’amateurs passionnés et à la volonté de réorientation et de spécialisation de professionnels du secteur public ou privé.

puceTitre.pngL’ENSP, les chiffres clés

puceSStitre.pngenviron 130 diplômés par an dont 60 paysagistes DPLG
puceSStitre.pngde nombreux accords de coopération internationale
puceSStitre.png32 enseignants permanents - 200 enseignants vacataires
puceSStitre.png7000 m2 de bâtiments à Versailles et 700 m2 à Marseille
puceSStitre.png9 ha de jardin fruitier et de potager historiques dont une partie est consacrée aux expérimentations des étudiants

puceTitre.pngSources et liens

Ecole nationale supérieure du paysage