Accueil Agenda > VIE DE L’ENTREPRISE > RÉGLEMENTATION > APPLICATEUR PRODUITS PHYTO > Traitement "phyto"

phytosanitaire - phyto - phytopharmaceutique - traitements - ZNT
Mis à jour le 08/02/2013

Traitement "phyto"

Cette mémofiche détaille la réalisation des traitements "phyto", de la préparation de la bouillie jusqu’au nettoyage du pulvérisateur, dans le respect de la réglementation.

puceTitre.pngPréparation de la bouillie

Selon l’article 5 de l’arrêté du 12 septembre 2006 ; lors de la préparation des bouillies à base de produit phytopharmaceutique, il est obligatoire de mettre en place les mesures de protection des hommes et de l’environnement naturel suivantes :

puceStitre.pngProtection du réseau d’eau collectif contre un possible retour de l’eau de remplissage. Il est conseillé de rédiger des consignes écrites de surveillance de la phase de remplissage et de procéder à l’installation d’un clapet anti-retour sur l’arrivée d’eau de la potence ou du système de remplissage.

puceStitre.pngLes débordements ne sont pas autorisés.

Là aussi des consignes de surveillance sont communiquées aux opérateurs et des installations doivent permettre de stopper automatiquement l’arrivée d’eau lorsque la cuve du pulvérisateur est pleine (compteur volumétrique anti-débordement).
En cas d’accident, la zone de remplissage doit être étanche et permettre la récupération de la bouillie pour retraitement en tant qu’effluent "phyto".

puceStitre.pngLes EVPP

Suite à la préparation de la bouillie, les bidons vides doivent être rincés trois fois et leur contenu vidé dans la cuve du pulvérisateur.
Les emballage vides deviennent de Emballages Vides de Produits Phytopharmaceutiques (EVPP). Ils seront égouttés et stockés dans une zone identifiée en attente de collecte et de retraitement par ADIVALOR.

puceStitre.pngDurant toutes ces opérations les personnes doivent porter les Equipements de Protections Individuelles (EPI) afin de se préserver de tous contacts avec les produits "phyto".

Cette phase peut être considérée comme la plus dangereuse car les opérateurs peuvent être contaminée par le produit non dilué lors de la manipulation des bidons.
Il est essentiel d’assurer la protection :
- Des yeux (lunettes ou masque à visière),
- Des mains (gants en nitrile),
- Des voies respiratoires (Masque de type A2P3),
- Du corps (combinaison de type 4 ou 3),
- Des pieds (bottes de sécurité).

L’ensemble de ces EPI doivent être de type "protection individuelle contre les produits chimiques dangereux".
Les EPI doivent être contrôlés régulièrement et jetés aux déchets "phyto" avant qu’ils n’aient perdu leur capacités protectrices.
Les masques jetables ou les cartouches A2P3 ne doivent pas être saturés de produit ou avoir dépassé leur date limite d’utilisation.
Il est possible d’installer une pompe doseuse sur le pulvérisateur qui évitera les dosages manuels et les manipulations de produits, donc limitera les risques d’accident.

puceTitre.pngRéalisation du traitement

puceStitre.pngEn amont de l’intervention, il est nécessaire d’organiser le travail en ne déclenchant le traitement que s’il est réellement justifié et en choisissant le produit qui sera le plus efficace et le moins nocif pour le milieu naturel.

puceStitre.pngUne bonne organisation passera aussi par la réalisation d’un plan de traitement qui indiquera les ZNT à respecter autour des points d’eau et zones humides ainsi que les secteurs à préserver (Sites accueillant des personnes vulnérables, lieux publics)

puceStitre.pngLa météo sera consultée afin de prévenir tous risques de pluie ou de vent pouvant interrompre le traitement ou entraîner des dérives du produit dans les points d’eau ou sur les cultures voisines (interdiction de traiter si le vent dépasse 12 km/h ou 3 degrés Beaufort)

puceStitre.pngSur le chantier, les opérateurs applicateurs doivent être en possession de :

puceSStitre.pngLeur certificat individuel "opérateur en travaux et services" en cours de validité,
puceSStitre.pngLeurs EPI,
puceSStitre.pngUn bidon "lave main",
puceSStitre.pngLe matériel de pulvérisation, contrôlé, étalonné et en bon état,
puceSStitre.pngDes Fiches de Données de Sécurité (FDS) et de la notice interne (descriptif de l’organisation et de l’application des produits "phyto").

puceStitre.pngSi besoin et selon la réglementation, la zone a traiter à fait préalablement l’objet de la mise en place d’un panneau d’information du public et d’un balisage de sécurité.

L’organisation du chantier doit aussi permettre d’interdire l’accès au site durant la durée du délai de rentrée.

puceTitre.pngLes effluents "Phyto"

Ils concernent l’ensemble des bouillies qui ne servent pas au traitement :

puceStitre.pngFond de cuve

C’est la bouillie qui reste dans le pulvérisateur lorsque le traitement est terminé et celle qui reste dans la pompe et les tuyaux lorsque la cuve est vide.

puceSStitre.pngLa meilleure solution est de ne préparer que le strict nécessaire pour le traitement.
puceSStitre.pngDans le cas contraire, il est possible de diluer la bouillie restante et d’appliquer cette dilution sur la parcelle traitée.

Cette opération ne peut se faire sur la même parcelle qu’une fois par an.

puceSStitre.pngLes fonds de cuve peuvent aussi être ramenés à l’entreprise, stockés et éliminés par un organisme spécialisé ou une station de traitement des effluents (le procédé utilisé doit être agréé).
puceSStitre.pngL’utilisation d’une pompe doseuse évite, là aussi, les inconvénients de la gestion des fonds de cuve.

puceStitre.pngLes eaux de lavage du matériel de pulvérisation doivent être récupérées sur l’aire de remplissage et de lavage.

Elles peuvent être éliminées par un organisme spécialisé ou dans une station de traitement des effluents.

puceTitre.pngSources et liens

Légifrance.gouv - article 5 de l’arrêté du 12 septembre 2006

Index Phytosanitaire ACTA 2013

Guide Phytopharmaceutique et des bonnes pratiques en ZNA - UPJ

Mémofiches :
Réglementation "phyto"
Certification "phyto"
Contrôle périodique du pulvérisateur