Accueil Agenda > VIE DE L’ENTREPRISE > RÉGLEMENTATION > CONDUITE DES ENGINS > Conduite des engins

engin - conduite - autorisation de conduite - CACES - machine
Mis à jour le 10/01/2014

Conduite des engins

Les ouvriers du paysage utilisent des engins d’une grande diversité. Qu’ils soient à conducteur porté : chargeur, mini pelle, tracteur, tondeuse autoportée, chariot élévateur, nacelle…ou à conducteur accompagné : motoculteur, tondeuse autotractée, trancheuse… leur maniement est délicat et nécessite compétence et professionnalisme. De plus, leur puissance, leur poids et les outils en mouvement représentent un danger pour l’opérateur mais aussi pour les personnes évoluant à proximité du chantier.

Afin de limiter les accidents, tout utilisateur d’un équipement de travail, qu’il soit salarié, nouvel embauché, intérimaire, apprenti ou stagiaire doit avoir reçu une information et une formation appropriée pour exercer son activité sans risque.

Cette formation initiale doit être de adaptée à la machine qui sera utilisée, elle doit être de qualité et dispensée par une personne compétente au sein de l’entreprise ou par un organisme de formation spécialisée.

puceTitre.pngLe matériel et la réglementation

Il doit être en bon état de fonctionnement, accompagné des documents garantissant qu’il répond à la réglementation sur la sécurité et que les opérations de maintenance sont réalisées régulièrement.

puceStitre.pngCertificat de conformité et notice

Toutes les machines et engins de chantier doivent obligatoirement être livrés avec leur certificat de conformité ainsi que leur notice d’utilisation en français. C’est cette dernière qui permettra d’assurer auprès du salarié l’information sur l’utilisation de la machine.

puceStitre.pngVérifications quotidiennes et périodiques


Avant de commencer le travail, toutes les machines doivent faire l’objet d’un contrôle visuel quotidien, l’opérateur doit aussi s’assurer du bon fonctionnement des organes de sécurité (présence de déflecteur sur l’éjection des tondeuses, bon fonctionnement du système « homme mort » sur les motoculteurs…)

Les engins de chantier et les appareils de levage sont soumis à des vérifications et examens réglementaires :

Concernant les engins de chantier, deux catégories sont soumises à vérification :

puceSStitre.pngLes engins de terrassements non équipés pour le levage de charges (mini pelle, mini chargeuse, compacteur de sol…), périodicité de 12 mois (arrêté du 5 mars 1993)
puceSStitre.pngLes engins de terrassement équipés pour le levage de charges (pelle, tracto-pelle, chargeuse…), périodicité de 6 mois (arrêté du 1er mars 2004),

Concernant les appareils de levage :

puceSStitre.pngUne périodicité de 12 mois pour :

- Treuils, Tire-forts de levage, palans, vérins et leurs supports,
- Grues, potences, tables élévatrices,
- Ponts élévateurs de véhicules.

puceSStitre.pngUne périodicité de 6 mois pour :


- Grues auxiliaires,
- Bras de levage pour bennes amovibles,
- Engins de terrassement équipés pour la manutention d’objets ou de palettes,
- Hayons élévateurs,
- Chariots automoteurs élévateurs,
- Plates-formes élévatrices installées sur véhicules ou automotrices (nacelles).

Spécificité des chargeurs : Les vérifications périodiques sont réalisées annuellement ou semestriellement, en fonction de la catégorie du matériel.
Les engins de « levage » déplacent et lèvent (changement de niveau significatif) des marchandises ou des matériels. La vérification périodique est obligatoire tous les 6 mois.
Les engins de « manutention » déplacent et lèvent des produits non conditionnés ( terre, terreau, écorces...) : La vérification périodique est obligatoire tous les ans.
En règle générale, les automoteurs (télescopiques) sont à vérifier tous les 6 mois, alors que la majorité des chargeurs fronteaux montés sur tracteur sont à contrôler tous les 12 mois.

Cardan des outils attelés au tracteur : Vérifications périodiques tous les 12 mois

Lors de l’achat d’un nouveau matériel, renseignez-vous auprès de votre fournisseur au sujet des aspects réglementaires et des contrôles obligatoires spécifiques à cet engin.

puceStitre.pngMaintenance préventive et curative


La réglementation exige du chef d’entreprise que le matériel soit maintenu en bon état de fonctionnement et que les systèmes de sécurité soient opérationnels. Le responsable doit pouvoir prouver qu’il a répondu à ces exigences en assurant une maintenance préventive et curative régulière. L’ensemble des interventions réalisées en interne ou confiées à une entreprise spécialisée doivent être consignées sur une fiche de maintenance identifiée par matériel. Ces documents peuvent être consultés par l’inspection du travail lors d’un contrôle.

puceTitre.pngL’engin doit être adapté au travail à réaliser

Le choix du matériel pour réaliser une tâche est de la responsabilité de l’employeur. Pour cela il est nécessaire de se conformer à la notice d’utilisation ainsi qu’aux contre-indications d’emploi : surcharge, pourcentage de pente non-admissible…

puceTitre.pngLe personnel doit être formé

Chaque année, les accidents liés à la conduite des engins représentent en moyenne 1 000 accidents du travail avec arrêt dont 150 accidents graves et une dizaine d’accidents mortels. Le risque de décès dû aux engins de chantier reste le plus grave car il est dix fois plus élevé que pour les accidents du travail en général.

puceStitre.pngFormation initiale et information concernant les spécificités de l’entreprise

Les utilisateurs des engins de chantiers à conducteur accompagné ou porté doivent être formés sur le matériel qu’ils utilisent. Ils doivent avoir accès à la notice d’utilisation et en connaître toutes les spécificités. Si l’engin est équipé d’un outil (appareil attelé à un tracteur, ou outillage sur un bras de chargeur), l’opérateur devra avoir reçu la formation spécifique.
La formation concerne non seulement les salariés mais aussi les intérimaires, les apprentis et les stagiaires. Là aussi les preuves de la formation doivent être archivées dans le dossier du salarié.

puceStitre.pngLes autorisations de conduite :

Certaines catégories d’engins à risques importants sont soumises à une autorisation de conduite qui est délivrée par l’employeur. Celui-ci peut valider cette autorisation de conduite sur la base :
-  D’un examen d’aptitude réalisé par le médecin du travail,
-  D’un contrôle des connaissances et du savoir-faire (test théorique et épreuves pratiques du CACES),
-  D’une connaissance des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d’utilisation.
L’employeur tient cette autorisation à disposition de l’inspection du travail et des services de prévention.

Les recommandations CACES de CNAMTS encadrent l’utilisation des différentes machines :
-  La recommandation R372 modifiée : Les engins de chantier selon leurs catégories ( voir la mémofiche spécifique)
-  La recommandation R 377 modifiée : Grues à tour
-  La recommandation R 383 modifiée : Grues mobiles
-  La recommandation R386 : Plates-formes élévatrices mobiles de personnes (PEMP)
-  La recommandation R389 : Les chariots automoteurs de manutention à conducteur porté
-  La recommandation R 390 : Les grues auxiliaires de chargement de véhicules.

puceTitre.pngLiens et sources

INRS :
- Les machines neuves CE
- Conduite des engins
- Formation des opérateurs
- Réglementation sur l’utilisation des équipements de travail

MSA :
- Les risques liés aux machines agricoles